Le paradoxe

J’ai assisté, au cours des dernières semaines, à deux courses en Colombie-Britannique, non pas comme coureur mais comme simple spectateur. Ce fut pour moi l’occasion d’observer ce type d’évènement sous un autre angle, de consacrer davantage de temps à l’évaluation. J’ai été témoin de performances inspirantes, j’ai pu sentir l’effort et la douleur, le plaisir et la fierté, le soulagement au fil d’arrivée. J’ai constaté toutes les contraintes qu’exige l’organisation de tels rassemblements. Une course, c’est le fruit de nombreuses heures de planification et le travail conjoint de plusieurs individus, entre autres les bénévoles. J’ai beaucoup de respect pour les gens qui s’investissent dans ce type de projet. Si, à mon avis, la plupart des courses ont des retombées d’abord positives, j’ai tout de même été choqué de constater, lors des deux évènements en question, la quantité de déchets accumulés au cours de la journée. D’où le titre de cet article. N’est-il pas paradoxal qu’en tant que coureurs, individus qui profitent de la nature pour pratiquer leur sport préféré, nous semblions mettre de côté l’environnement le temps d’une journée, parfois même lors de notre entraînement? Sommes-nous prêts à modifier certains comportements dans l’optique d’une pratique sportive plus écoresponsable? Voyons voir!*

*Si les questions qui suivent sont formulées au « vous », je considère qu’elles s’adressent également à moi. Mon intention n’est surtout pas de faire la morale, mais d’inspirer une réflexion conjointe.

Médaille, chandail et tout l’attirail

J’ai deux boîtes remplies de médailles chez moi. Je viens d’en ouvrir une : trente médailles (dont une qui ne m’appartient pas!), quatre rubans, une plaque. Je n’ai pas eu le courage de me plonger dans la seconde boîte. Du lot, environ cinq m’ont aussitôt rappelé de bons souvenirs. La plupart m’ont laissé indifférent. J’ai réalisé que j’ai déjà reçu trois médailles pour le même évènement! Si j’avais plus de temps, je vous parlerais de ma collection de chandails jamais portés… Même si je sais pertinemment la valeur symbolique que peuvent avoir ces objets pour certains, sont-ils nécessaires? Seriez-vous enclins à laisser de côté la médaille et le chandail, ou l’objet promotionnel? Préfériez-vous qu’on vous propose, lors de l’inscription en ligne, d’indiquer si oui ou non vous souhaitez obtenir une médaille ou un chandail? Êtes-vous ouvert à l’idée d’un prix d’inscription variable, suivant vos décisions?

Versez-moi à boire!

Si l’on se contente souvent de boire de l’eau lors de l’entraînement, ou une boisson de notre choix, lors d’évènements sportifs, il arrive qu’on ait droit au buffet : eau, électrolytes, boissons gazeuses, jus, Gatorade ou son équivalent… Le tout dans des verres en plastique ou en carton, recyclables, certes, voire compostables. Au bout du compte, c’est tout de même une quantité impressionnante de matériaux qui sont utilisés pour apaiser la soif de toute une horde de coureurs. Pourtant, il existe divers équipements qui répondent à ce besoin, qu’on pense aux bouteilles souples et rigides, aux sacs à dos, aux ceintures, aux gobelets pliables… J’ai participé à une course en sentier de 50 km au cours de laquelle aucun verre n’a été utilisé. C’était la responsabilité du coureur d’avoir avec lui le nécessaire pour boire, non pas celle de l’organisation. Qu’en pensez-vous? Seriez-vous prêt à vous charger de l’hydratation lors d’une compétition?

Le sport et son empreinte

Chaque activité humaine laisse une empreinte. Le sport ne fait pas exception. Il est intéressant de s’arrêter et d’y réfléchir un instant, tout en envisageant certaines alternatives selon la situation.

  • Se rendre à l’entraînement : Est-il possible de covoiturer ou d’y aller en transport en commun? Peut-on se rendre à la piste ou à la piscine en vélo?
  • Se nourrir et boire lors de l’entraînement : Peut-on parfois concocter soi-même ses barres ou ses boules d’énergie? Utiliser un sac à dos ou une bouteille pour l’eau, ou prévoir un endroit où il y a une fontaine?
  • S’entraîner : Nous avons tous nos endroits favoris pour l’entraînement, ce qui nous amène parfois à conduire pour nous y rendre. Peut-on partir plus fréquemment de la maison? Est-il possible de créer quelques boucles qui s’amorcent et se terminent chez soi?
  • Se défaire d’équipement sportif : Nous accumulons, au fil des années, de nombreux articles de sport. Si vous ne vous en servez plus, peuvent-ils être utiles à quelqu’un d’autre? Un sportif qui débute? Un organisme de charité? Un club local?
  • Se préoccuper de l’environnement, simplement : Ce peut être simplement de ramasser des déchets qui traînent le long de la route, ou quelques heures de bénévolat dans un parc des environs.

Conclusion

J’espère que cet article aura l’effet escompté, soit d’inspirer une réflexion. Je comprends que nous sommes bombardés d’information relative à l’environnement et que parfois c’en devient irritant pour certains. J’ai confiance en l’individu et au pouvoir de la collectivité, et je crois qu’ensemble il est possible d’engendrer un changement durable, sans avoir à modifier nos habitudes de fond en comble. J’aimerais beaucoup lire vos réponses aux questions posées ou connaître vos suggestions; je les attends en fait avec impatience.

Bonne course!

21 réflexions au sujet de “Le paradoxe”

  1. Je suis tellement d’accord. Pour ma part, je ne fais pas des aller-retour en voiture pour aller courir un 5 km ou 10 km. Je m’y rends en transport en commun ou en vélo. Et sur les événements en tant que tel, oui, il y a tellement à faire encore. Par exemple, souvent, les collations (fruit/jus/lait/barres, etc.) sont servies sur une assiette en carton : totalement inutile! Toutes les courses devraient offrir une option sans médaille, sans T-Shirt, il y en a trop peu qui le font. Merci à tous les coureurs qui le suggèrent dans leurs commentaires!

    Répondre
    • Merci d’avoir pris la peine de commenter, Claudette! En effet, les assiettes sont un bon exemple et pourraient être évitées dans bien des cas.

      Bonne course,

      Benoît

      Répondre
  2. J’aime beaucoup quand on a le choix pour le ti-shirt bravo, par contre ma médaille j’y tiens hihi c’est ma récompense a moi et elles sont sur mon mur de la motivation… pour l’eau j’apporte mes bouteilles et quand je veux de l’eau fraiche je me fais remplir a même le pichet je sauve les verres. Mes collations sont souvent faites maison et dans un emballage que je rapporte avec moi et que je réutilise. Je participe dans ma ville plusieurs fois par année a une course aux déchets et je suis chaque fois surprise du nombre de mégot de cigarette que j’amasse (avec mes gants bien sur hihi) bravo pour ton article!

    Répondre
    • Merci Caroline! C’est tout à fait correct d’apprécier les médailles, ce sont de beaux souvenirs, qui nous rappellent nos accomplissements. Je vois que vous faites déjà votre large part, félicitations!

      Benoît

      Répondre
  3. Je vais tout à fait dans le même sens que toi Benoit…
    Je ne fais pas de la course depuis longtemps, et pourtant déjà j’ai vu plusieurs organisations qui appliquent certaines de tes suggestions. Il y a donc de l’espoir!

    Personnellement, je prends le vélo très souvent, autant dans ma vie de tous les jours et pour les entraînements. Je prépare mes boules énergie aussi. Puis chaque fois que je cours, je me dis qu’il faut que je ramasse au moins 1 déchet… je me trouve un peu niaiseux, mais tant que je n’ai pas ramassé mon déchet, je ne me sens pas bien 😉

    Je te félicite d’avoir le courage d’écrire un tel article. C’est un autre pas dans la bonne direction…

    Répondre
    • Merci beaucoup, Francis! Et bravo pour la cueillette des déchets! Si chacun et chacune fait un pas dans la bonne direction, au bout du compte on pourrait voir de beaux progrès.

      Bonne course!

      Benoît

      Répondre
  4. J’appui tellement !

    Personnellement je ne prends plus le chandail, j’en ai déjà un bon nombre à la maison et cela ne me sert plus à rien d’en avoir d’autre ! La seule exception que je m’accorde c’est au défi entreprise, je prend le gilet et je le porte fièrement à l’année de temps à autres 🙂

    Pour la médaille, je suis encore fier de les avoir sur mon mur, donc je garderai avec joie pour ma part (on peut pas être écolo partout en même temps…)

    Niveau eau, je suis de c’est fou qui apporte ses gourdes pour courir, donc cela ne devrait même plus être offert pour moi les verres jetables ! À quoi bon ? Offrez donc des station de remplissage svp !

    Question prix variable, cela serait une bien belle façon de réduire l’impact écologique, car bien des gens ne prendrait pas une chose ou une autre juste pour économiser et c’est bien correct ainsi !

    Je me rends toujours aux événement à pied ou en bus, comme pour le reste de mes transports dans la vie je dois avouer, donc pas un effort pour moi, juste un mode de vie 🙂

    Pour la collation d’après course, tant qu’il n’y a pas de gaspillage je ne voie pas de problème… Que je cuisine un sandwich chez moi ou que des bénévoles le fassent pour moi… Certes si on en jette au lieu de le donner à des gens dans le besoin, ou si l’emballage est excessif; là il faudrait revoir la gestion des collations…

    Niveau entrainement, je suis des chanceux qui reste à deux pas d’une piste cyclable, donc j’y vais à pied, zéro émission pour mis rendre et j’ai la chance d’avoir la nature et une rivière tout le long…

    Pour l’environnement, j’aime bien les marches qui font que l’on ramasse les déchets (je ne me rappel plus du nom de ce genre de marche ou course), c’est une chose que j’essaie de faire une ou deux fois par an… Une façon de rendre à la nature, aux endroits que l’on fréquente…

    Répondre
    • Merci beaucoup pour ta réponse détaillée, Frédérick, très intéressant! Je suis content de lire que tu aimes bien l’idée d’un prix variable, je crois moi aussi que ça pourrait amener les gens à réfléchir sur le coût réel des objets promotionnels, chandails, médailles…

      Bonne course,

      Benoît

      Répondre
    • J’ai vu dans une course ou deux des biscuits qui tiennent lieu de médailles, j’ai trouvé que c’était une bonne idée, particulièrement pour les enfants!

      Benoît

      Répondre
  5. Bonjour,
    Je suits tout a fait d’accord pour l’option de donner le choix aux participants de demander un chandail , une medaille et un diner. En plus de l’ impact environmental, cela encouragerait plus de gens a participer puisque le cout sera reduit en consequence.
    Merci d’avoir enclencher centre reflexion.

    Répondre
    • Merci d’avoir pris la peine de commenter, Ourida! En effet, l’accessibilité aux courses à pied est également un élément à prendre en compte et l’écoresponsabilité. offre peut-être une piste de réflexion. On essaie toujours d’en offrir plus. Et si la solution était d’en offrir moins?

      Bonne course!

      Benoît

      Répondre
  6. Depuis un certain temps je ne participe presque exclusivement au courses organisée par MEC. Des courses bien organisées, qui coûtent presque rien, qui ne donnent pas de chandail ni de médaille et qui ne génèrent que peu de déchet en ayant des bacs de recyclage de compostage et de déchet et qui finalement m’offre toujours une expérience de course super agréable avec des bénévoles vraiment super. A prendre pour exemple.

    Répondre
    • C’est en effet un bon exemple, j’ai eu la chance d’en faire l’expérience. Merci de ton commentaire, Anne-Marie!

      Bonne course,

      Benoît

      Répondre
  7. Pour l’option de choisir d’avoir ou non le chandail avec le prix en conséquence, je suis tout à fait d’accord.
    Mais perso, je choisis de les prendre car…je les porte!! Je cours toujours avec mes différents chandails de course. C’est sur que je n’ai pas 200 courses dans les jambes! Mon opinion changerait probablement avec 75 ou 100 chandails de course!!
    Mais ce qui me désole vraiment, c’est tout les emballages de gel, de verre de carton ou autre lancés tout le long du trajet par les coureurs!
    Le civisme me dicte de rapporter avec moi tout ce que j’ai utilisé! Il y a des poubelles à chaque ravito, pourquoi les jeter 100 mètres plus loin?
    Pour les médailles, j’y tiens car elles montrent tout le chemin que j’ai parcourus . Je n’aurais jamais de podium (j’ai commencé à courir l’an passé à 50 ans!!) Alors elles sont mes récompenses!!

    Répondre
    • Merci d’avoir pris le temps de répondre, Sylvain! Si vous prévoyez porter les chandails pour faire du sport, alors je suis d’accord que ce peut être agréable d’en recevoir lors de courses. Plusieurs évènements font un bel effort pour offrir des chandails originaux. De mon côté, j’en ai accumulé trop au fil des années, c’est ce qui a poussé (en partie) ma réflexion.

      Bonne course!

      Benoît

      Répondre
  8. Bravo Benoît ,
    Ton texte porte à réflexion .J’aime lire tes écrits ,j’y trouve toujours quelques chose à améliorer dans mes rapports avec la nature .

    Répondre
  9. Je suis d’accord avec vous. J’ai 3 boîtes de médailles que je n’ose pas jeter. Par contre, certaines ont une grande valeur sentimentale. Pour les chandails, je les donne lorsque je ne m’en sers pas. Par contre, pour ce qui est de l’eau, lorsqu’il fait chaud, c’est pratique qu’on nous en serve, car je m’en sers pour m’arroser. Par contre, il pourrait y avoir un réservoir et nous pourrions remplir nos bouteilles.

    Répondre
    • Merci beaucoup d’avoir pris le temps de répondre, Martine! J’aime l’idée du réservoir, ça prendrait peu de temps et ça épargnerait beaucoup de déchets.

      Bonne course,

      Benoît

      Répondre
  10. Excellente idée d’offrir un forfait en fonction d’obtenir chandail, médaille ou accompagnements à boire ou à manger. Le prix d’inscription pourrait amener de nouveaux participants. Bonne réflexion Benoît. Bravo!

    Répondre

Laisser un commentaire