« Il faut que tu payes le prix »

Oui, mon titre est inspiré de Patrick Roy et de Richard Martel.

Vous l’aurez deviné, le texte qui suit n’est pas trop scientifique et représente surtout ma propre opinion.

D’abord, je vais commencer par vous expliquer ce que j’adore de la course à pied. J’aime ce sport car il n’y a pas de raccourci. Oui, certains ont plus de talent, mais le seul résultat est qu’ils courent plus vite, ils ne font pas moins d’efforts.

Je me souviens, au badminton, le sport que je pratiquais avant la course, que certains joueurs pouvaient obtenir d’excellents résultats avec relativement peu d’efforts. À la course à pied, puisque tu es toujours comparé à toi-même, c’est impossible. Impossible d’obtenir tes meilleurs résultats avec peu d’efforts.

Ce que j’admire chez les coureurs, c’est les efforts qu’ils consacrent à l’entraînement. Tu ne peux pas prendre de raccourci en course à pied. Tu ne peux pas te payer le vélo dernier cri qui te fera gagner quelques minutes sur ton temps, tu ne peux pas avoir des habiletés techniques hors du commun qui  te permettent de gagner contre des adversaires sans efforts. Les seules choses que la course à pied récompensent, c’est l’effort, la persévérance et la préparation.

La tendance vers l’instantanéité

C’est pour cela que je suis toujours mal à l’aise quand je vois des articles sur la ”récupération”. Je pense que le problème de ne pas récupérer assez vite se pose peut-être pour 1% des coureurs. Au lieu de réfléchir à comment récupérer plus vite entre les entraînements, il vaudrait probablement mieux réfléchir à comment s’entraîner plus !

J’ai aussi de la difficulté avec les méthodes d’entraînement du style « 10 minutes par jour pour courir un marathon » ou encore «s’entraîner moins, s’entraîner mieux». Oui, il y a certainement des méthodes d’entraînement plus efficaces que d’autres, mais peut-on vraiment s’attendre à pouvoir compléter un marathon grâce à des longues sorties de 16km?! Dans son livre, Tim Ferriss nous fait mention qu’il s’est entraîné pour une course de 50km, avec seulement des sorties moyennes (16-20km) et des séances de musculation rapides. Le résultat? Personne ne le sait, son blogue ne mentionne pas sa performance et cherchez sur google, vous ne trouverez pas de résultats de course…

Ce qui est génial avec la course, c’est que tu dois absolument y investir du temps, te préparer longtemps à l’avance pour une épreuve. Dans une société où il y a de plus en plus de récompenses instantanées, la course à pied contrebalance cette tendance. Vous ne pouvez pas vous préparer rapidement à un marathon. Par contre, n’importe qui peut aller prendre 2-3 photos remplies de couleurs n’importe quand. Je ne dénigre pas ces épreuves, sauf que je n’y retrouve pas ce que j’aime dans la course à pied : la valorisation de l’effort.

Valoriser l’effort

En fait, je me demande parfois si on ne devrait pas valoriser davantage l’effort. Il me semble qu’on est toujours à la recherche de gains instantanés, de façons de déjouer le système ou de semaine de 4 heures de travail. Il me semble qu’on oublie que le plaisir est relié aux efforts consentis pour atteindre un objectif. Compléter un 10km n’importe comment, sans s’être préparé, n’amène pas la même satisfaction que de s’être entraîné pendant des mois afin de réaliser sa meilleure performance à vie.

La préparation est plus importante que la réalisation d’un événement. La satisfaction vient des efforts investis et non du résultat.

22 réflexions au sujet de “« Il faut que tu payes le prix »”

  1. très bon article! mais il faut quand même penser à la récupération quand on s’entraine beaucoup (les 1% donc ?) et des sorties de 15-20km peuvent suffire si c’est 6 jours sur 7 et certains jours avec deux courses 😉

    Répondre
  2. Hé hé hé, les coureurs qui persistent dans ce sport sont ceux qui, excusez l’expression, “aiment se faire punir”… C’est caricatural mais ça revient à l’idée de ne pas fuir l’effort, le travail et la discipline au profit de la recherche du fun à tout prix, tout de suite. Avoir une “mentalité d’athlète”, ultimement, c’est nécessaire dans tous les sports si on veut réellement performer. Le chroniqueur Pierre Foglia a écrit un article il y a un petit bout qui est titré “Le sous-sol” et qui dit sensiblement la même chose que toi mais en l’appliquant à l’éducation et au cyclisme. Je pense que tu t’y retrouveras dans son propos!

    Répondre
  3. L’objectif ultime de chacun devrait être d’être en santé. Si certains éprouvent le besoin de se dépasser alors ils prennent cette voie, pour d’autre toute notion d’entraînement, de compétition est une notion négative. Mais s’ils participent à ces activités sans notion de performance et parcourent 5km c’est déjà mieux que d’être assis devant la tv. La course est une mode et il y a un grand nombre de gens qui le pratique en ce moment mais la piqure n’est pas donnée à tous ! Moi j’adore ça, nous étions 3 à courir ensemble il y a 2 ans et maintenant je suis seule à parcourir mes km. Mes amies sont passées au Zumba !

    Répondre
    • Effectivement, probablement qu’il y a un effet de mode autour de la course à pied, sauf que je pense qu’il y a aussi une vague de fond dans laquelle plusieurs personnes prennent goût à l’activité physique. Parfois pour leur santé, parfois aussi pour se sentir mieux, plus vivant, plus frais.

      Répondre
  4. Totalement d’accord avec tes commentaires sur l’inexistence des raccourcis en ce qui concerne l’entraînement. Par contre, je sais par expérience qu’on peut terminer un ultra en sentiers de 160 km sur la base d’un entraînement constitué de courses de 12 km sur route. Le “secret” n’est pas tant dans la nature des sessions de course que dans leur extrême régularité toute l’année, pendant des années. C’est ainsi qu’on transforme le corps en profondeur.

    Répondre
    • Effectivement. Peu importe la façon, il y a toujours une notion d’effort dans l’entraînement pour parvenir à de bons résultats. Courir 12km sur route, chaque jour, pendant des années, je pense qu’on peut s’entendre pour dire que ça prend un certain effort.

      Répondre
  5. Très bon article. Je me demandais justement si cette notion de récompenses immédiates par opposition au goût de l’effort et de récompense au terme d’un processus d’entraînement bien maîtrisé, était générationnelle? (je suis dans la génération qui approche les 50 ans) J’avais tendance à croire que les plus jeunes ne valorisaient pas l’effort. J’ai le plaisir de constater que ce n’est pas nécessairement le cas en voyant certains jeunes que je connais qui aiment l’effort pour l’effort et refusent même la notion de course ou qui n’y accordent aucune importance. C’est peut être plus une question de modèles qui inspirent ces jeunes…

    frankberaud.com

    Répondre
    • Mon ”feeling”, c’est que ce n’est pas tant une question de génération, que de culture. Peut-être un peu. Toujours est-il que la culture dans laquelle nous vivons favorise grandement la récompense immédiate au détriment de l’effort pour l’effort. Acheter maintenant, payez plus tard.

      Répondre
  6. Cette notion de l’effort ne s’applique pas seulement pour le sport. C’est valide dans plusieurs facettes de nos vies.
    On oublie souvent d’exposer la somme du travail nécessaire pour atteindre des objectifs.

    Répondre
  7. “Compléter un 10km n’importe comment, sans s’être préparé, n’amène pas la même satisfaction que de s’être entraîné pendant des mois afin de réaliser sa meilleure performance à vie.”

    — J’adore cette phrase. Ce matin, il y avait un autre 10 KM à Québec, (que je ne nommerai pas ici, haha) en même temps que le Défi Entreprise, auquel ma blonde participait . J’ai l’habitude de m’inscrire aux même évènements qu’elle, mais pas cette fois-là car je manquais d’entrainement. Les gens me demandaient : “Pourquoi t’es pas inscrit, t’es pas capable de courir un 10 KM sans entrainement?” Bien sûr que je suis capable, j’ai couru 45 KM cette semaine. L’unique raison est que mon prochain 10KM officiel devra être plus rapide que mon PB de 41:55 à Pont-Rouge, et mon prochain 5KM officiel devra être plus rapide que mon PB de 19:36.

    Répondre
  8. je suis tout à fait d’accord avec ” Les seules choses que la course à pied récompensent, c’est l’effort, la persévérance et la préparation.” en fait, si on applique dans notre vie les trois mots effort-préparation -persévérance on est capable de faire tout!!!
    et voilà que je ferais mon premier marathon dans 12 semaines. training de 12 semaines . car je viens de faire un demi-marathon la semaine passée
    merci pour tes courriels
    ego

    Répondre
  9. Bravo pour ce texte criant de vérité. La valorisation de l’effort et l’importance de la préparation pour avoir la fierté, lors du résultat, de l’ensemble de la démarche. Merci de nous faire voir une autre facette de la course, un angle plus réaliste et sage de ce sport qui est parfois axé sur la performance, la compétition et l’image.

    Répondre
  10. J’adore lire ce blogue, il est très inspirant! Peu importe le domaine, peu importe le sport, l’expression que j’utilise dans pratiquement tout c’est :
    Les limites d’aujourd’hui seront les standards de demain!
    C’est ce qui me motive à tous les jours dans n’importe quoi, et spécialement en course à pied!!

    Bonne préparation et bonne course!!

    Jérôme

    Répondre
  11. Très non article.
    Pour ma part j’ai débuté la course il y a 1 an à mes 49 ans. On sentant que peu importe notre vitesse, une course à notre rythme reste un effort. Je ne suis pas addict à la vitesse ni à la distance, je suis addict au “après”. Les pro s’entendent pour dire que c’est l’endorphine et moi je dis que c’est la le sentiment d’accomplissement et la satisfaction suite à l’effort. J’en suis accro…
    Une sortie penible sur 16km avec 200 mètres d’ascension me rend fier de l’accomplissement et me donne des ailes sur mon 10km suivant.
    Il me reste à attaquer mon premier 1/2 marathon à Ottawa. Un 1/2 marathon pour mon 1/2 sciècle, un bel objectif.
    Mais je maintient de dire que c’est l’effort qui me satisfait et c’est ça qui paye.

    Répondre
  12. Depuis janvier mon conjoint et moi s’entraînons progressivement pour notre marathon prévu le 21 octobre prochain. Pour lui cela sera son deuxième, le premier a eu lieu il y a 30 ans, pour ses 58 ans et pour moi mon premier à 53 ans. Nous courons depuis maintenant quelques années mais toujours des courses plus en vitesse sur des petites distances 5 et maximum 10 km. Depuis quelques temps nous sommes rendus à faire au moins une longue sortie semaine 20 km et plus en vue de notre marathon. Nous avons aussi complété un 30 km et un 34 km. Juste d’être arrivés à faire ces distances est pour nous tout un accomplissement. L’effort que cela demande, la préparation, la constance et la rigueur suffisent pour nous combler et nous pousser à poursuivre jusqu’à tout le moins notre objectif annuel ultime….Je ne sais pas si c’est partagé mais malgré toute cette préparation demeure la peur de ne pas y parvenir lorsque le jour J arrivera….Faudra alors si cela arrive s’accrocher à tout le travail qui a été fait au quotidien depuis 10 mois 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire