L’auto-entretien du coureur (partie 2)

Nous voilà dans le fameux mois tant redouté pour la plupart: novembre. Il est certain que si tous ensemble nous créons un engouement gris et sombre autour de ce mois, on s’encourage inconsciemment à envisager l’hibernation. Non. Mettons de l’avant les mêmes bonnes habitudes que le reste de l’année en portant une attention particulière à son entretien annuel. 

Avant de jaser un peu plus de course et d’auto-entretien, si nous n’avez pas lu la 1ère partie de L’auto-entretien du coureur, prenez quelques minutes pour le faire. J’y partage 3 outils incontournables pour la off-season maintenant bien entamée. 

Rouleau, plan de renforcement musculaire et routine d’étirements en mains, il est temps d’amener votre auto-entretien au prochain niveau, toujours dans l’optique que vous vous mainteniez dans un bon état suite à votre saison de course 2019 et pour bien préparer la prochaine.

Contrairement aux 3 précédents outils davantage axés sur le plan physique, les 3 prochains seront plutôt reliés à la santé mentale.

Outil #4 : La nutrition

Considérant que la nutrition est la 2e discipline du coureur, celle-ci peut également connaître un petit moment de « déchéance ». Blâmons la comfort food, c’est siiii bon. Sans suivre de plan alimentaire tout en savourant pleinement et intuitivement chaque repas, profitez de cette période pour apprendre à reconnaître vos signaux de faim (quand il est temps de manger) et de satiété (quand il est temps de cesser de manger). Je ne parle aucunement de restriction alimentaire ou de perte de poids, seulement de donner à votre corps la bonne quantité de nourriture dont il a réellement besoin, car rappelons-nous le, dans cette période d’hors-saison, nous voulons maintenir notre corps dans un bon état, mais qui soit aussi stable. 

Si vous ressentez un sentiment de creux dans le ventre ou des gargouillements, vous vous sentez plus irritable, avez mal à la tête, moins d’énergie ou de concentration, vous avez probablement faim. 

Au contraire, si vous mangez avec un rythme de plus en plus lent, ça ne goûte plus aussi bon que la première bouchée ou encore vous vous sentez bien physiquement avec le sentiment de satisfaction, vous êtes sans doute bien rassasié(e).  

Outil #5 : Le sommeil

Considérant que le sommeil est régénérateur, il va de soi qu’il est important pour tout humain de dormir. 1+1=2. Si vous n’êtes plus obligé(e) de vous lever à 4h du matin pour placer une LSD (long slow distance) sans que la famille remarque votre absence, dormez! Permettez-vous de revoir vos 24hrs en incluant un bon 7-9 heures de sommeil selon vos besoins. Ainsi, vous allez non seulement récupérer pleinement de votre saison 2019, mais aussi développer une bonne routine du sommeil qui vous suivra l’année prochaine. 

Couvertures apaisantes, diffuseurs d’huiles essentielles, infusions de camomille-valériane-lavande, méditation, etc. Peu importe le truc, trouvez celui qui fonctionne le mieux pour vous afin de bien dormir et vous sentir reposé(e) au réveil. 

Outil #6 : Le mindset

Dans plusieurs de mes articles, je parle de mindset. Cet état d’esprit dans lequel vous êtes en tant qu’athlète. J’en parle encore.

Planifier ses objectifs et s’inscrire à une course c’est « facile ». L’attitude envers celle-ci est une toute autre game. Appliquer théoriquement ce que disent les livres quant à la planification d’objectif, la périodisation, l’ordre d’importance des courses, etc. ne pause généralement pas trop de problèmes. S’entraîner en suivant le plan tel un robot vous fera progresser sur le plan physique, mais qu’en est-il de votre mental, celui responsable de l’accomplissement de soi, celui qui vous fait avancer? Progresse-t-il lui aussi ?

Est-ce que vous vous connaissez réellement en tant qu’athlète?  Et par athlète, j’entends TOUT coureur confondu: du 5km marche/course aux Alain Bordeleau de ce monde.

La période hors-saison est LE moment idéal pour plonger dans la lecture du livre (en anglais seulement) The Brave Athlete. Ne vous laisser pas surprendre par le titre, il est agréablement bien écrit aux concepts clairs et de compréhension facile. Ce livre vous fera porter une attention particulière à votre identité en tant qu’athlète. 

Disponible ici: https://amzn.to/32uyjUp 

En tant qu’humain (et non machine), on se doit de prendre du temps pour soi pour le simple principe que notre corps nous permet de réaliser des exploits extraordinaires, donnons-lui ce qu’il mérite, c’est-à-dire, une bonne récupération tant physique que mentale.  

Sources:
https://www.endorphinenutrition.com/post/5-trucs-pour-écouter-ses-signaux-de-faim-et-de-satiété

2 réflexions au sujet de “L’auto-entretien du coureur (partie 2)”

Laisser un commentaire