Comment avoir moins froid en hiver

Breaking news, en hiver au Québec, il fait froid. 

Cette longue saison froide, parsemée de redoux-verglas-pluie-tempêtes, n’est pas dans le coeur de tous les coureurs. Encore moins dans celui de ceux qui disent « J’sais pas comment vous faites pour courir à -30°». 

Cependant, qui n’a jamais rêvé de mieux tolérer le froid ? De contrôler le méga frisson qui traverse littéralement les os ? Sortir dehors sans automatiquement se crisper et espérer se réchauffer par magie ? De continuer à courir à l’année longue ? Et même être capable de performer en hiver ? 

Personnellement, je côtoie au quotidien un sportif qui depuis 2 ans, ne porte plus de manteau d’hiver et court en short/t-shirt, même durant les grands froids. Il pratique la méthode présentée ci-dessous avec assiduité et moi-même, j’ai pu observer plusieurs aspects de sa vie radicalement s’améliorer.

Bien qu’on entende souvent dire que pratiquer un sport hivernal aide à apprécier davantage cette saison, au-delà d’une motivation extérieure, il est possible de mieux tolérer le froid et parallèlement, en ressentir tous les bénéfices et se sentir mieux au quotidien avec la méthode Wim Hof The Iceman

Ce néerlandais de 60 ans détient 26 records du monde, tous reliés au froid: l’ascension de l’Everest en shorts, un demi-marathon pieds nus au dessus du cercle polaire, nager sous la glace sur une distance de 66m, etc…

Après de nombreux exploits qu’il catégorise lui-même de cirque, il prouve par la science que sa méthode permet de « contrôler » son système lymphatique et optimiser les fonctions du corps humain. 

Les 3 piliers de la WHM (Wim Hof Method) sont la respiration, l’exposition au froid graduelle et l’engagement. L’interaction entre ces 3 composantes aura un effet optimal des bienfaits du froid sur le corps.

Par ses exercices de respiration, qui se rapprochent de la méditation et du Pranayama, on entraîne nos poumons à avoir la plus grande surface possible pour les échanges gazeux. Le ratio entre l’O2 et le CO2 sera alors influencé, le CO2 sera à la baisse. S’ensuit l’activité cellulaire qui devient plus efficace. Le fait de respirer et méditer, autrement dit de relaxer, abaissera la fréquence cardiaque. Conséquemment, le niveau de cortisol, l’hormone du stress, diminuera aussi. 

Ensuite, on s’expose graduellement au froid. Le froid active les mitochondries, des « petites fournaises » contenues dans la graisse brune, celle qui se retrouve au dessus des clavicules, dans le cou, près de la colonne vertébrale et du coeur. De plus, celle-ci joue un rôle de thermorégulateur, en utilisant son propre contenu en graisse pour produire de la chaleur. Peu après la naissance, nous perdons cette graisse brune puisque nous habitons dans des maisons chauffées et portons des vêtements chauds. En s’exposant au froid, on accroît le taux de graisse brune pour rééquilibrer les graisses brunes et blanches.

Lorsqu’on débute cette méthode, il est important d’y aller bien graduellement, mais de manière constante, idéalement chaque jour, afin de laisser la chance à son corps de s’adapter. En plus d’un taux de tissus adipeux brun plus élevé pour mieux « lutter » contre le froid, le premier réflexe lorsque vous sortirez dehors en hiver, ne sera plus vous crisper et maudire intérieurement. En fait, vous respirerez pleinement et votre attention ne sera plus portée sur le froid, mais davantage à votre activité hivernale.  

Voici quelques exemples d’actions pour s’exposer davantage au froid au quotidien :

  • Baisser la température de la chambre à coucher à 18°C
  • Réduire le chauffage en voiture
  • Terminer sa douche avec un 15 secondes sous l’eau froide et graduellement augmenter ce temps
  • Aller courir dehors plus légèrement vêtu qu’à l’habitude sur un parcours près de la maison

Parmi tous les autres bénéfices associés à l’exposition au froid, non seulement il ne sera plus votre ennemi en hiver, mais vous constaterez une grande amélioration de votre sommeil, un niveau d’énergie plus élevé, une meilleure concentration au quotidien, un système hormonal plus équilibré et en découlera également un système immunitaire « boosté ».

Bien sûr, tout cela est possible et réalisable avec une bonne volonté puisque cette méthode requiert de la discipline comme dans n’importe quel sport, de la patience et une détermination. Comme dans plusieurs autres domaines, il n’y a pas de quick fix. Le chemin rapide vers un mieux-être peut être long, rempli de détours, mais qui au final, est viable à long terme et surtout, ramène l’être humain à l’essentiel: une meilleure connexion avec soi. 

Je vous invite fortement à découvrir tous les bienfaits que cette méthode peut apporter : https://www.wimhofmethod.com et plusieurs interviews intéressantes sur YouTube.

Vous pourrez également y découvrir les techniques de respiration ainsi que les étapes de cette méthode à travers sa « mini class » gratuite.

L’application Wim Hof Method est gratuite et permet de suivre sa progression. 

Sources :

https://www.wimhofmethod.com/science
https://www.usherbrooke.ca/medecine/accueil/nouvelles/nouvelles-details/article/34145/

3 réflexions au sujet de “Comment avoir moins froid en hiver”

  1. Bonjour!

    Cet article est vraiment intéressant!!! Merci de ces informations pertinentes et précieuses!

    Je me demande s’il offre les mêmes principes pour faire face à la chaleur…? (Je suis une fille qui tolère relativement bien le froid, mais souffre à la chaleur…)

    Bonne suite!

    Répondre
    • Bonjour Annie !

      Je ne connais malheureusement pas de “méthode” pour avoir moins chaud mise à part l’acclimatation, alors peut-être sortir courir même lorsqu’il fait très chaud, mais débuter avec une plus petite sortie de course pour graduellement l’augmenter. Tout comme le froid, la constance sera nécessaire pour développer une meilleure tolérance. Chose certaine, il est important de boire beauuuucoup d’eau 😉

      Répondre

Laisser un commentaire