5 principes de base pour améliorer ton entraînement de course

On a tendance à vouloir chercher les détails qui feraient gagner une seconde par kilomètre comme la nouvelle chaussure, la diète miracle ou le nouveau gadget surconnecté, mais on oublie la base qui permet de gagner une minute par kilomètre. 99% de la population bénéficieraient davantage à bouger par l’entraînement le plus simple (J’y reviendrai) et surtout de le faire. Le 1% qui doit y porter attention, ce sont les athlètes de haut niveau, les vrais, comme les Charles Philibert-Thiboutot de ce monde. Ceux et celles qui courent, respectivement, autour de 15minutes et 18minutes sur un 5km. Je ne parle pas de celui ou celle qui court son 25e marathon en 5h. Je ne dis pas que cette personne n’a pas de mérite à le faire, loin de là, mais qu’elle pourrait s’améliorer davantage en se concentrant là où ça compte réellement. La course à pied, ça n’a pas besoin de coûter cher et d’être compliqué. En plus, une solution plus simple est beaucoup plus facile d’en faire une habitude.

5 principes de base d’entrainement :

  • 80-90% du volume d’entrainement à faible intensité (sans essoufflement ou presque)
  • 10-20% du volume des entrainements d’intervalles à haute intensité (HIIT) autant courts que longs (être capable de placer quelques mots). Ex. HIIT court : 10×1’course/1’repos et ex. HIIT long : 4×5’course/1’repos
  • Intégrer la musculation avec ou sans charge (squat, fente, planche abdominale, push up, traction, etc.)
  • L’importance du repos
  • Prendre plaisir à s’entrainer ; c’est opter pour un mode de vie actif. Favorise ce que tu aimes le plus.

Si tu désires améliorer ton temps et augmenter ta charge d’entrainement, vas-y! Mais garde en tête que tu dois écouter ton corps et y aller progressivement. Ton corps, il te parle et c’est lui qui décide.

Ton mode de vie sain au quotidien t’aidera certainement plus que le détail de dernière minute comme le nouveau superaliment que tu prends au déjeuner d’avant course. On s’entend que toutes les heures d’entrainement accumulées au cours des derniers mois auront un plus gros impact que la poudre de betterave que tu mettras dans ton gruau le matin de l’événement.  Avant le départ d’une course, tout ce qui te reste à faire, c’est avoir du fun!

Pour conclure, je lance cette réflexion: Est-ce qu’améliorer son temps est une finalité en soi?  Si ton objectif n’est pas d’aller aux Olympiques, je te souhaite d’avoir du plaisir à t’entrainer et de continuer de bouger plutôt de mettre l’accent sur le temps que tu fais.

Laisser un commentaire