#13 – Hubert Cormier : science de la nutrition, temps des fêtes et entrepreneuriat

En Action
#13 - Hubert Cormier : science de la nutrition, temps des fêtes et entrepreneuriat
/

Rien n’est normal en 2020. Cette année, le temps des Fêtes sera vécu de façon différente. Nous avons donc rencontré Hubert Cormier, jeune nutritionniste passionné de réseaux sociaux, de nourriture et de photographie afin qu’il nous parle des trois sujets suivant :

Structure de l’entrevue

  • 0 à 21 minutes : science de la nutrition et génétique;
  • 21 à 34 minutes : comment gérer le temps des fêtes 2021 en terme de nutrition?;
  • 34 minutes à la fin : nutrition et entrepreneuriat.

Notes de l’entrevue

Résumé

Daniel : Tu es docteur en nutrition, quel était ton sujet de recherche?

Hubert Cormier : Quand j’étais à l’université, j’ai remarqué que je préférais le côté communication de la nutrition. Pendant mes stages, j’étais avec Isabelle Huot, une communicatrice en nutrition. C’est là que j’ai remarqué qu’il y a une place à prendre du côté numérique en nutrition.

J’ai ensuite fait un passage accéléré au doctorat suite à mon projet de maîtrise. J’ai donc fait de la recherche pendant 7-8 ans. Ce fût une superbe expérience de parcourir le monde pour présenter mes résultats de recherche.

Le sujet de l’heure à l’époque était la génétique. Le sujet de ma recherche était une étude clinique sur les Omega-3. On administrait de fortes doses d’Omega-3 pendant 6 semaines.

On essayait ensuite de voir des liens de cause à effet entre la génétique des gens et leur réponse à la prise d’Omega-3. C’est là que la notion de génétique est importante. Pour la plupart des traitements, il y a des répondeurs et des non-répondeurs.

Par exemple, dans notre échantillon, 70 % des gens répondaient bien à la supplémentation en Omega-3. Ce qui nous a surpris, c’est que 30 % des gens étaient des non-répondeurs. C’est donc dire que pour ces gens, la prise d’Omega-3 nuit à la santé.

Ça a été un excellent milieu pour apprendre l’importance de la rigueur.

Hubert Cormier nutritionniste

Daniel : Comment faire pour savoir si les recommandations nutritionnelles sont bonnes pour nous?

Hubert Cormier : La solution s’en vient, mais on n’est pas rendu là encore. C’est pour ça que les gens ont de la difficulté à faire la différence entre ce qui est bon pour eux d’un point de vue nutritionnel vs la population.

Par exemple, certaines personnes métabolisent l’alcool, la caféine ou autre de façon rapide alors que c’est plus lent pour d’autres.

C’est pour ça que, depuis quelques années, certaines entreprises lancent des tests de nutrigénétique afin de pouvoir mieux personnaliser l’alimentation.

Si on prend le sujet de l’obésité, oui, il y a des gênes qui augmentent le risque de prendre du poids, sauf que la génétique explique une moins grande variance que les habitudes de vie.

C’est pour ça qu’une relation avec un(e) professionnel(le) est importante.

Daniel : On se dirige vers le temps des fêtes; observes-tu une hause des troubles alimentaires depuis le début de la pandémie?

Hubert Cormier : Je ne pourrais pas faire un lien direct avec les troubles alimentaires. Il y a de la prise de poids par contre. Ce n’est pas seulement à cause de l’alimentation; on bouge aussi moins.

Si on est dans une humeur plus dépressive, ça peut aussi affecter notre alimentation en favorisant la prise d’aliments sucrés ou salés.

Ce qui m’inquiète plus, c’est l’insécurité alimentaire. Une personne sur 7, en ce moment, serait dans une situation d’insécurité alimentaire.

Daniel : Noël s’en vient, comment célébrer de façon raisonnable cette année?

Hubert Cormier : Ce serait intéressant de commencer le ”Zoom de Noël” pendant qu’on cuisine plutôt que seulement pour le souper.

C’est aussi une belle occasion d’acquérir des nouvelles compétences culinaires. Si c’était toujours la mère ou la grand-mère qui cuisinait, ça va nous amener à développer des nouveaux talents.

C’est aussi une façon intéressante de célébrer plus sobrement en diminuant notre consommation d’alcool.

Daniel : Si on veut prendre de l’avance, quel aliment faut-il stocker?

Hubert Cormier : J’ai l’impression que les gens vont faire leurs recettes traditionnelles. Peut-être que c’est les machines à sous-vide qui vont être pratiques cette année?

Ou est-ce que les gens vont vouloir faire des pâtes maisons?

Daniel : Comment la pandémie a influencé le domaine de l’alimentation?

Hubert Cormier : Je pense beaucoup aux restaurants. Ils ont vraiment la vie dure en ce moment. On remarque que les gens qui visitaient souvent les restaurants ont changé leurs habitudes.

Sauf que ça a beaucoup nuit à l’industrie. C’est triste à voir. On perd des emplois, de la créativité, notre patrimoine culinaire. Justement, nous, à Noël, on a décidé d’encourager notre restaurant préféré qui offre un service de boîte.

Daniel : Je sais que tu es aussi entrepreneur, en plus d’être nutritionniste. Sur quel projet travailles-tu?

Hubert Cormier : Les sacs zéro déchets furent ma première incursion dans le monde de l’entrepreneuriat. C’est pas mal plus compliqué qu’on pense!

C’est la même chose avec les livres. Quand on achète un livre, on encourage toute la chaîne : l’éditeur, le réviseur, l’illustrateur, le commerçant.

Daniel : Comme nutritionniste, est-ce que tu te sens libre de dire ce que tu penses malgré les partenariats commerciaux qui financent une partie de tes activités?

Hubert Cormier : Absolument! J’ai été un des premiers à utiliser les mentions de partenariats. Ça fait partie de ma politique éditoriale d’afficher mur à mur mes partenariats. C’est extrêmement important.

Daniel : Quels sont tes projets pour 2021?

Hubert Cormier : Il y a une refonte complète de mon site web. On travaille aussi sur le lancement de conférences en ligne.

Je veux aussi développer une marque différenciée d’Hubert Cormier, qui va s’appeler Bon pour toi.

J’ai aussi un livre qui sort le 6 janvier, qui est une réédition de mon premier livre, À bat les kilos. Ce n’est pas un livre qui prône la perte de poids, mais plutôt la santé.

J’ai aussi un livre qui sort le 6 avril, sur le thème de l’énergie : Comment optimiser son niveau d’énergie?

Finalement, on travaille aussi sur une application, Switch, qui permettra à chaque personne de concevoir son propre plan alimentaire.

Laisser un commentaire