Arrêtons d’essayer de vendre des frigos à des Inuits

 

Avez-vous déjà essayé de convaincre quelqu’un de commencer à courir? Moi oui.

Est-ce que vous lui avez dit : « cours, c’est bon pour la santé »?

Ça m’est arrivé.

Est-ce que ça a marché?

Rarement dans mon cas…

Je me fais régulièrement demander ce que je «fais dans la vie». J’imagine que c’est effectivement important pour situer quelqu’un dans son contexte. J’ai souvent de la difficulté à bien répondre à cette question, car « mon travail », c’est d’en faire le plus possible pour propager le goût d’être actif. Le plus clair de mon temps est consacré au Défi Entreprises, un programme-évènement qui rassemble des conditions gagnantes pour augmenter la quantité d’activité physique que font les employés des entreprises participantes.

J’ai démarré et je continue à investir mon temps dans le Défi Entreprises pour une seule raison :

– Je suis 100 % convaincu que l’activité physique contribue grandement à améliorer la qualité de vie des individus et la rentabilité des entreprises.

Plus je lis, plus je me renseigne, plus je réfléchis et plus je deviens convaincu que l’activité physique, c’est beaucoup plus qu’une façon de rester en santé. D’ailleurs, je doute de plus en plus des bienfaits de miser sur la peur de la maladie pour faire la promotion de l’activité physique. Ce n’est pas que les arguments classiques ne soient pas bons. Peut-être que certaines personnes vont décider de changer leurs habitudes de vie suite au visionnement d’un tel message :

 

Peut-être, mais je crois que c’est une très petite partie de la population. Je crois de plus en plus que la plupart des campagnes de sensibilisation à l’activité physique se trompent à la fois dans l’objectif à promouvoir et dans la façon de l’atteindre.

Essayer de vendre un frigo à un Inuit

Vendre l’activité physique à un collègue ou un ami n’est pas vraiment différente d’essayer de vendre un frigo. Pour acheter un frigo, il faut faire un certain effort, notamment, il faut travailler régulièrement pour gagner l’argent nécessaire à son achat. Pour être actif, il faut régulièrement faire un effort pour démarrer l’activité. Les deux donnent aussi des bénéfices :

Un frigo permet de garder les aliments au frais
L’activité physique permet d’être en santé (façon traditionnelle de vendre l’activité physique)
On se doute bien que vendre un frigo à un Inuit, ce ne sera pas facile, car il a déjà la capacité de garder les aliments au frais. C’est exactement la même chose avec l’activité physique : essayer de vendre l’activité physique « pour la santé », c’est extrêmement difficile, car la plupart d’entre-nous sommes déjà en santé… ou du moins, nous ne sommes pas malades. Je sais que pour l’OMS, la santé, c’est plus que l’absence de maladie, mais dans la vie de tous les jours, je suis certain que ceux qui ne sont pas malades se considèrent en santé. Difficile donc de « vendre » un effort immédiat pour un hypothétique bénéfice futur. Non seulement c’est difficile à vendre, mais en plus, c’est difficile d’être motivé par un objectif flou qui a une durée inconnue.
– Entraîne-toi cinq fois par semaine pendant 30 minutes…. jusqu’à la fin de tes jours
Motivant?
Pas pour moi…
Les programmes

Je ne suis pas psychologue, mais je dois avouer que le domaine de la psychologie m’intéresse beaucoup. Je n’ai pas de nombres, ni d’étude à l’appui, mais je suis persuadé que nous, les humains, répondons mieux et plus fort à des objectifs qu’à des programmes. Un « programme d’activité physique », ça sonne déjà «plate»!

Les étudiants se préparent à un examen – un évènement.
Un conférencier se prépare à sa conférence – un évènement.
Les politiciens se préparent aux élections – un évènement.
Les médecins se préparent à la rencontre de leurs patients – un évènement
On fait le ménage pour recevoir des amis – un évènement
On s’habille convenablement pour une soirée – un évènement
C’est toujours plus facile de se préparer lorsqu’il y a un objectif, un évènement à la fin. L’ère dans laquelle nous vivons fait que l’activité physique n’est pas obligatoirement incluse dans nos habitudes de vie. Cela implique qu’il faille la choisir. Pour choisir l’activité physique plutôt que la sédentarité, il faut plus qu’un « programme », il faut un objectif clair et fixé dans le temps.

En résumé

Est-ce que vous achèteriez une auto si cela vous donne la possibilité de rester en place (rester en santé), chaque jour (programme), pendant 5 ans?

Moi non plus.

Par contre, est-ce que vous achèteriez une voiture qui vous permet de rendre à San Francisco (meilleure qualité de vie), en un voyage de 1 mois (programme, suivi d’un objectif)?

Probablement

Comme je l’ai expliqué plus haut, je suis convaincu que l’activité physique contribue grandement à améliorer la qualité de vie des individus et la rentabilité des entreprises. Par contre, je considère que les méthodes traditionnelles de promotion de l’activité physique pourraient être améliorées. Dans mon prochain article, je vous exposerai pourquoi je crois aussi fermement au pouvoir positif de l’activité physique et les méthodes de promotion que je trouve plus efficace.

Pour contribuer à entraîner la réussite, je vous invite à partager cet article :

[fbshare url=”http://wp.me/p2BH5Q-zl” type=”button” float=”left”] [twitter style=”horizontal” float=”left” lang=”fr” use_post_url=”true”]

2 réflexions au sujet de “Arrêtons d’essayer de vendre des frigos à des Inuits”

Répondre à Audrey Larroquette Annuler la réponse