La course en stéréo

Je suis coureuse depuis seulement 2 ans… mais mélomane depuis l’adolescence. La course à pied, tout comme la musique, m’inspire. Elle me transporte, m’énergise, me motive, me donne la force de foncer, me permet souvent de trouver des réponses à mes questionnements. Réflexion musicale dans un sentier de course à pied.

Récemment, lors d’une sortie de course en pleine nature, j’ai réalisé que plusieurs chansons faisaient référence à la course à pied, ou au fait de courir après quelque chose. Courir après l’amour, courir à la poursuite du bonheur, courir pour se sauver d’une situation ou de quelqu’un. Les analogies sont nombreuses. La vie va vite. Très vite. On court après le temps. Au quotidien, dans nos horaires souvent surchargés, on court souvent pour pouvoir s’offrir un temps d’arrêt. Pour certains parmi vous, ce temps d’arrêt, de ressourcement, ce sera un cours de yoga, un vino avec des amis, un bouquin avant de dormir. Courir pour pouvoir s’évader du tumulte, se recentrer. Comme pour plusieurs d’entre vous, c’est en runnings, avec de la musique plein les oreilles que je recharge le plus souvent mes batteries. Dans un sentier, ou sur le tapis roulant du gym, seule avec mes pensées et la musique, je savoure pleinement les textes. C’est l’occasion pour moi de me plonger dans les paroles et la musicalité qui me sont offertes. J’ai donc pensé vous partager quelques réflexions sur des chansons que j’apprécie et qui ont toutes un lien avec la course à pied. 

I RAN – de Flock of Seagulls, 1982 

Un rythme accrocheur, un style 100% années 80, extra synthétiseur, avec un texte qui parle de tenter de fuir ce qui ne se fuit pas; un amour, un sentiment, un vide. « And I ran, I ran so far away and I ran, but couldn’t get away …»

RUN TO YOU – de Bryan Adams, 1984

Celle-là tout le monde la connait, tirée de l’album Reckless, vendu à plus de 12 millions d’exemplaires… les riffs de guitare accompagnent la dualité de demeurer dans une relation de raison ou de courir vers la passion. « Oh when the feeling’s right I’m gonna run all night, I’m gonna run to you ». 

RUNNING ON EMPTY – de Jackson Browne, 1977

Celle-ci est touchante, à mon avis. C’est l’homme qui se rend compte que sa vie file, que les années s’accumulent et que bientôt il n’aura plus de chemin à parcourir, que le temps lui manque pour savourer ce qui se passe autour de lui. Une belle analogie avec la course … comme dans une longue distance, des gens qui ne finiront pas la route à nos côtés, les kilomètres qui s’accumulent et qui nous obligent à sacrifier certaines choses pour arriver au bout du parcours, fatigués, mais heureux on l’espère. À découvrir, si vous ne connaissez pas déjà cette chanson magnifique ! 

« I don’t know where I’m running now, I’m just running on, and I’m running on empty,  (…) running blind, (…) running into the sun but I’m running behind »

TIME – de Pink Floyd , 1973

Un classique, une oeuvre légendaire d’un album qui n’a plus besoin de présentation. Mais dans cette chanson, cet extrait dont j’ai pris conscience cet été lors d’une sortie en plein bois « …and then one day you find ten years have got behind you. No one told you when to run, you missed the starting gun ». La notion du temps qui file, du temps qu’on a perdu pour commencer quelque chose ou réaliser ce rêve qui sommeille en nous. 

LE COUREUR  – de Jean-Jacques Goldman, 1997

Je vous parle de cette chanson pour son texte, et non pas pour son rythme…Car ce texte, c’est un peu un hommage, une constatation des histoires de tous ces coureurs vedettes issus de pays en développement, qui à la base, couraient pour le plaisir, puis se font recruter et emmener dans des villes lointaines, pour courir pour l’argent. « Je courais sur la plage abritée des alizés, une course avec les vagues…puis j’ai pris le grand avion blanc du lundi…on m’a mis un numéro sur le dos, y avait des gens qui criaient, des drapeaux…, j’ai appris à perdre, à gagner sur les autres et le temps, à coup de revolver, de course en entrainement…» 

RUN – de Foo Fighters, 2017 

Si vous aimez ce genre musical, vous serez bien servis ! Avec cette chanson, c’est encore une fois l’inspiration de courir pour fuir le quotidien, de changer de vie avant qu’il ne soit trop tard. Ils sont tourmentés nos artistes ! 😉  « Before the time runs out, there’s somewhere to run. Wake up. Run for your life with me , wake up and run with me…»

Courir : avec ou sans musique ?

Plusieurs d’entre vous préférez écouter le son de votre souffle, de vos pas contre le sol, des feuilles mortes qui craquent, de la neige qui s’enfonce, ou même du moteur du tapis roulant au gym. Ça m’arrive rarement, puisque la plupart du temps, je profite de mes entraînements pour découvrir, ou re-découvrir des pièces qu’autrement, je ne prendrais pas toujours le temps d’écouter. Je constate que souvent, lorsqu’on ré-écoute des chansons ou des artistes qu’on a mis de côté pendant quelques temps, on en ressort des perles et de bien jolies trouvailles.

Je ne sais pas pour vous, mais quand je sors courir, la musique m’accompagne.  Des playlists j’en ai quelques-unes. Certaines sont montées selon la distance prévue, ou par durée, d’autres par style, parfois même laissées au hasard. Plusieurs études démontrent l’utilité pour les coureurs, surtout les débutants, (j’en suis !) de suivre une musique rythmée. Il semble que ce soit une bonne stratégie pour atteindre le fameux 170-180 BPM, puisque notre corps ajuste la vitesse pour suivre le rythme. En manque d’inspiration ? Vous trouverez facilement plusieurs sites avec des suggestions de playlist avec cette vitesse. Tel un métronome, la musique viendra soutenir votre cadence. 

Sortir courir avec mes écouteurs c’est le meilleur des deux mondes… du temps pour moi, des endorphines, de la dopamine, mais aussi du temps pour savourer la musique! Oui, savourer ! La musique agit sur le cerveau, nous procure bien-être et dopamine, nous alimente en énergie, nous fait rêver. Chaque coureur a ainsi ses préférences, son rythme, sa musique. Avec ou sans écouteurs, l’important c’est que la course vous redonne le sourire, vous apporte le bien-être recherché et vous mène là ou vous désirez vous rendre!

Et vous, si je vous demande une chanson qui propose une analogie avec la course à pied… vous me dites quoi ?

Bonne course !  

9 réflexions au sujet de “La course en stéréo”

  1. Merci Kim de partager quelques uns de vos goûts musicaux. J’ai 59 ans et je fais cours aussi depuis deux ans à raison de 4 fois/semaines, 30 minutes.
    Je cours avec des tounes de musique genre Teknova entre autre, j’adore le beat.
    Continuer à nous donner le goût de courir.
    Merci Martine, enseignante en éducation physique au secondaire

    Répondre
  2. Je cours avec de la musique à chaque fois que je n’ai pas quelqu’un qui m’accompagne et cet article me rejoint tout à fait. J’ajouterais aussi Je cours après Marie, surtout pour son début: “Je cours comme un voleur. Je ne sens plus la douleur. Y’a plus rien d’important. Je n’aime que le vent. Qui frôle les chevilles. Sous les jupes des filles…”

    Répondre
    • Merci David pour votre commentaire et cette suggestion; Patrice Michaud nous offre souvent de très beaux textes !
      En effet, moi aussi je cours sans musique quand je suis accompagnée! Bonne course et bonne écoute! 🙌🏼🎶

      Répondre
  3. J’ai commencé la course à 56 ans ,3 mois avant ma retraite.
    Je cours toujours avec la musique pour m’accompagner,
    Celle-ci me donne le goût d’avancer à son rythme .

    Répondre

Laisser un commentaire