Courir au gym: mode d’emploi

Ah la fin novembre… vous savez, ce temps de l’année qui se traduit parfois par une baisse de motivation pour l’entraînement. Dans mon cas, novembre se traduit par un retour à l’entraînement en salle… et à aller courir sur le tapis roulant. Toutefois, je l’avoue, cette année, c’est plutôt difficile de reprendre le chemin du gym.

Autopsie d’un changement de saison. 

Si vous me lisez de temps à autre, vous savez déjà que je suis une coureuse qui aime Courir le matin. Mais quand novembre arrive, je dois changer mes habitudes et me rendre au gym. Certains se demanderont pourquoi je ne cours pas dehors… Première chose, le temps frette bon, excusez… plus froid, ne plait pas à mes poumons asthmatiques. J’admire et j’envie ceux et celles qui réussissent à gambader par-dessus les flaques de gadoue sur l’heure du lunch… Sous le 0 degré, moi, je n’y arrive pas. Peut-être qu’un pneumologue ou un inhalothérapeute dans la salle pourra me donner des trucs, car même le buff sur la bouche n’empêche pas la sensation de brûlure qui emplit mes poumons à chaque foulée. L’autre élément qui me pousse au gym, c’est la noirceur. Courir dehors à la noirceur matinale? Non, désolée, ce n’est pas pour moi… C’est une question de sécurité avant tout… Et à l’heure à laquelle je chausse mes runnings, il fait noir. Une belle flaque de slush ou une plaque de glace est si vite arrivée… Et oui, j’avoue, je suis un peu frileuse, bon.

Alors au lieu d’hiberner et de retomber dans la sédentarité (non merci !), je vais courir au gym. Ce changement amène son lot d’inconvénients et d’avantages… Je vous en offre quelques-uns…

Courir au gym, c’est

  • Bon, il n’y a pas vraiment de bonne manière de le dire… mais au gym, parfois, ça pue. Serait-ce simplement celui où je vais qui est mal ventilé?
  • Savoir gérer son sac de sport. La meilleure excuse pour ne pas y aller, c’est que le sac ne soit pas prêt. Morale de l’histoire, le sac pour le gym doit toujours être prêt à partir, surtout si vous voulez aller vous entraîner tôt. 
  • Être entouré(e) d’inconnu(e)s ou d’amis, c’est selon, mais courir à côté d’autres coureurs, j’aime bien, car cela me change de mes sorties extérieures seule et cela me pousse souvent à augmenter ma vitesse ou à courir plus longtemps… c’est un bel effet d’entraînement! 
  • Parfois devoir attendre qu’un tapis se libère. Dans mon cas, je vous confirme qu’à 6h00 du matin, j’ai l’embarras du choix. Il y a 22 tapis au gym où je suis membre et ils sont tous libres le matin… quand j’arrive à 17h00, c’est une toute autre histoire par contre…

Courir au gym, c’est être entouré de plein de genre de personnes…

  • Tu peux être en train de courir, tu es concentrée, puis le gars à côté arrive… tu sais, celui qui a clairement échappé sa bouteille d’après-rasage sur son visage ce matin-là… ou encore la dame qui a mis du parfum juste avant de venir s’entraîner… je ne sais pas trop, mais ça, ça m’énerve. 
  • C’est retrouver souvent les mêmes personnes aux mêmes heures… comme cette étudiante, adepte de tattoos, qui dès 6h15, est perchée sur son « stairmaster » avec ses livres et ses crayons surligneurs. En plus de 2 ans, je n’ai jamais croisé son regard, toute absorbée qu’elle est dans son étude.
  • Mais c’est aussi l’occasion de cotôyer des gens inspirants! Comme cet homme, début quarantaine, il semble en partie paralysé d’un côté du corps. Il arrive avec sa canne et s’installe lentement sur les machines pour faire travailler les muscles qui collaborent encore. C’est remarquable de le voir aller. #respect. Ou encore cette femme de 74 ans que je vois régulièrement; je me suis permis d’aller lui parler pour lui dire que je la considérais comme une source d’inspiration… toute souriante, elle m’a raconté qu’elle a couru toute sa vie et qu’elle ne peut s’en passer. Elle fait ses intervalles de marche et course assidûment, 3 matins par semaine ! Elle m’offre maintenant son sourire chaque fois que je la croise.
  • Courir au gym c’est aussi voir des gens porter leur chandail de Défis… des gens de tous les âges, de tous les niveaux de forme physique… et chaque fois, ce sentiment de fierté qui m’envahit, ce sentiment de faire partie d’une grande famille de releveurs de défis 🙂
  • Courir au gym, pour les gens férus de statistiques, c’est aussi une belle occasion d’améliorer la vitesse, de varier les programmes, les inclinaisons, d’avoir la satisfaction de voir notre progression en chiffres, bien au chaud au lieu de courir sous les -10 degrés… et puis je dois avouer que débuter la journée en atteignant un objectif d’entraînement de course, je ne sais pas pour vous, mais pour moi, cela a (presque!) l’effet d’un double espresso! 😉 
  • Courir sur un tapis roulant, c’est accepter que le paysage ne change pas, il nous manque la sensation de l’air frais, les rayons du soleil, l’odeur des feuilles ou du gazon mouillé après l’orage, mais pourtant, on peut observer bien des choses si le tapis roulant est devant une fenêtre… on a le plaisir de voir le matin qui se lève, la ville qui prend vie, le froid glacial qui se faufile au travers des gens qui se dépêchent sur le trottoir, les gammes de couleurs magnifiques qui peignent le ciel au lever ou au coucher du soleil… sans oublier la nature humaine dans toute sa beauté… ou sa stupidité! Si vous prenez le temps d’observer, vous y découvrirez aussi des petits bonheurs ou encore des anecdotes savoureuses! 

Choisir le bon gym pour soi

Évidemment, toutes ces anecdotes et réflexions sont possibles parce que je cours sur le tapis roulant de novembre à la fin mars environ. Je vous ai déjà confié que je suis une coureuse depuis seulement 2 ans, que je n’aime pas particulièrement le gym, mais je respecte grandement ceux et celles qui y gagnent leur vie, ceux qui ont hâte de s’y retrouver, ceux et celles qui y vont avec assiduité 12 mois par année. Peut-être que certains parmi vous êtes justement à jongler avec l’idée de joindre un centre… Voici quelques trucs pour que votre abonnement soit vraiment utile et pas seulement une transaction de plus sur votre carte de crédit… car choisir un gym qui ne vous convient pas, c’est comme courir avec les mauvais runnings. Vous n’aurez pas de plaisir et vous allez être tenté d’abandonner! 

Quelques trucs : 

– Privilégiez un centre situé près de votre travail ou de votre résidence. Ne vous racontez pas d’histoires, vous n’allez PAS faire un détour de 15 minutes en voiture ou prendre 2 circuits de transport pour vous y rendre. Idéalement, choisissez un centre qui se trouve entre les 2. Plus d’excuses s’il est sur votre chemin!

  – Déterminez honnêtement si vous désirez les services d’un entraîneur, ou pas! Ce sont des professionnels, ils peuvent vraiment faire une différence dans votre remise en forme! Le meilleur truc, c’est d’avoir une complicité avec lui ou elle… cela fait toute la différence pour la motivation! # merci coach 😉

– Demandez un essai gratuit… il est souvent possible de le faire et cela vous permettra de voir si la clientèle du centre vous ressemble, si vous vous y sentez à l’aise. Si vous y allez pour courir, vérifiez que le tapis roulant est face à une fenêtre… (je ne m’en passerais pas!) et si vous pouvez réellement inclure quelques séances dans votre routine hebdomadaire… 

– Laissez-vous un peu de temps, soyez indulgents mais disciplinés…acceptez que cela vous prendra quelques semaines avant d’avoir intégré votre changement d’habitude! 

Je préfère, de loin, m’évader avec mes runnings (et mes écouteurs!) dans la nature ou dans les différents quartiers de ma ville, mais le temps froid me pousse à aller courir sur le tapis. Je vous lève donc mon chapeau, vous qui bravez le froid, la neige, le vent, les intempéries… je vous vois, chaque dimanche matin, en groupe, plusieurs vêtus de vos manteaux aux couleurs du club de course à pied,  je vous croise sur le chemin de mon retour à la maison, je vous observe vous diriger vers les Plaines sur l’heure du lunch… quels sont vos trucs pour rester motivés pendant la saison froide? Vous êtes frileux comme moi ou êtes adepte de la course au gym? Soyez patients… dans environ 4 mois, on retourne courir dehors! Bonne course! 

14 réflexions au sujet de “Courir au gym: mode d’emploi”

  1. Bonjour, votre article m’a rappelé de bons souvenirs de mes abonnements au gym il y a plusieurs années. J’ai toujours dit que je détestais le gym et courir sur le tapis, mais j’avoue que j’ai vécu pas mal la même chose que vous en courant devant une fenêtre et en croisant des habitués un peu semblables…. maintenant je cours dehors, mais je pense que si jamais je me tanne du froid, je pourrais réessayer le gym….. un jour peut-être! Merci pour ce beau texte.

    Répondre
  2. Bel article parsemé d’humour !
    Je suis une coureuse Extérieur 4 saisons, mais je travaille dans un centre d entraînement… et oui je vois souvent ce que tu décris dans ton article et ça me fait sourire !
    Mais effectivement, ça a du positif à courir sur tapis roulant ! 😉🏃🏽‍♀️
    Bon hiver ❄️

    Répondre
  3. Bonjour Kim!
    Intéressant comme texte! 🙂 Le fais partie de ces coureurs-reuses qui se pitchent dehors même à -30. Pas de mérite, j’adore ca, ca ne me demande aucun effort.
    MAIS quand il y a trop de glace, ca devient impossible de faire des intervalles très rapides et variés qui ont de l’allure…sans risquer sa vie!
    Donc je dois alors me résigner au gym (je retarde l’échance au maximum). Et je déteste! il fait chaud, les changements rapides à bonne allure (30 sec, 30sec…) sont casse-cou! Bref, à l’inverse, c’est moi qui t’admire de maîtriser cette “Bête” ! 🙂 suis seule à craindre les accidents là dessus?

    Répondre
    • Haha! « la bête » ! 😆Merci pour votre commentaire Danielle!! Et pardon…mais oh que oui vous avez du mérite de sortir à -30!!!
      Je fais des intervalles assez longs ( 10-15 mins course ( vitesses et inclinaisons variables puis 1 min de marche) donc la « bête » se dompte assez bien! 😉

      Répondre
  4. Content de lire que je ne suis pas le seul frileux asthmatique. J’ai heureusement la chance d’avoir un tapis roulant chez moi ainsi qu’un Tacx pour mon vélo, donc pas de raison de ne pas m’entraîner l’hiver. Encore mieux, je suis à l’aube de la retraite et futur snowbird!!! Il faut bien qu’il y ait des avantages à vieillir…
    Bon entrainement cet hiver. 🙂

    Répondre
  5. Bonjour Kim;
    Je viens de découvrir ce blog, suite à notre discussion de ce matin au TKD.

    Excellente chronique! Je m’y suis reconnu à plusieurs niveaux. Je ne suis pas capable non-plus de courir à l’extérieur au froid (j’arrive à peine à survivre à l’hiver de toute façon!).

    J’ai passé plusieurs années de ma jeunesse au gym, mais pour les mauvaises raisons.. prendre de la masse; se créer un corps qui n’est pas le mien; au péril de sa santé parfois, et en évitant de faire du cardio car ça pouvait me faire perdre des grammes de masse musculaire déjà durement acquises.

    Heureusement maintenant j’ai laissé de côté la quête de l’atteinte de la ‘shape de calendrier de pompier’ pour me rendre compte que ce qui compte vraiment, c’est de se sentir bien avec le sourire quand on reprend le chemin de la maison après un bon entrainement cardio avec l’effet relaxant et valorisant qui s’en suit!

    Répondre
    • Merci pour ton commentaire Jean! 😊
      Je suis bien contente que tu aies découvert le blog!
      Je te souhaite une belle saison de course (courage, le beau temps s’en vient!) et un bon défi en juin ! 🙌🏼☀️

      Répondre

Laisser un commentaire