Est-ce qu’il faut séparer le sport de la politique?

Ce n’est pas mon habitude d’écrire des textes d’opinion, mais j’ai été un peu choqué d’entendre la réaction de plusieurs commentateurs en lien avec les joueurs de la NFL qui mettent un genou par terre pendant l’hymne national américain.

Je ne suis pas le plus grand fan de football. Je ne suis pas américain (mais j’ai lu leur guide d’utilisation du drapeau américain). Je n’aime pas non plus m’exprimer publiquement sur des sujets politiques. Sauf que lorsque j’entend que les sportifs ne devraient pas se mêler de la politique, je ne suis pas capable de rester indifférent.

Pour débuter, laissez-moi vous présenter quelques photos :


Crédit photo : conqagroup.com
John Carlos et Tommie Smith aux J.O. de Mexico qui lèvent le poing afin d’attirer l’attention sur les droits des noirs.

Crédit photo : BBC
Kathrine Switzer, la première femme à courir le marathon de Boston, qui doit éviter le directeur de course qui veut lui enlever son dossard.

Jesse Owens, qui remporte une médaille d’or aux Jeux Olympiques de Berlin en 1936.

Mon objectif avec ces images est de démontrer que le sport et la politique sont indissociables. Non seulement ils sont indissociables, mais à mon sens, le sport est la nouvelle façon (une meilleure façon) que les pays ont pour lutter entre eux. Si ce n’était pas le cas, les États-Unis, la Russie et la Chine cesseraient immédiatement de mettre autant d’argent, de talent et d’énergie pour gagner des médailles Olympiques et dominer les sports à l’internationnal.

Le sport est indissociable de la politique. J’irais même jusqu’à dire qu’il est une métaphore guerrière. Tant qu’à moi, c’est bien mieux ainsi. Au lieu de s’entretuer sur un champ de bataille, aussi bien compétitionner sur une piste d’athlétisme ou une patinoire. D’ailleurs, analysez le langage associé au sport et vous vous rendrez rapidement compte qu’il est inspiré du langage militaire : battre un concurrent, victoire, défaite, batailler pour la rondelle, lutter, tactique d’équipe, entrainement, etc.

Maintenant, vous pouvez être d’accord ou non avec les propos des athlètes, mais on ne peut pas leur reprocher d’utiliser la tribune qu’ils ont pour manifester leur point de vue. Certains diront qu’ils doivent s’exprimer en dehors du terrain et qu’ils brîment les spectateurs qui ont payé leur billets.

  • Le meilleur moment pour exprimer un point de vue pour un athlète est évidemment lorsqu’il est regardé. S’il proteste dans son sous-sol disons que son impact ne sera pas maximal.
  • Concernant les spectateurs qui se sentent brîmés et qui ne veulent pas entendre parler de politique, ils peuvent choisir de regarder d’autres spectacles pour se divertir, si les stades se vident suite au comportement des joueurs, ils ne seront plus payés et retourneront chez eux!

Le débat est ouvert!

3 réflexions au sujet de “Est-ce qu’il faut séparer le sport de la politique?”

  1. Je ne crois pas que les stades vont se vider si les athlètes expriment leurs opinions politiques. Bien au contraire! Le spectacle va être encore plus intéressant car les gens aiment la polémique. Tu as bien fait d’écrire un billet sur ce sujet. Le rapport sport politique est très intéressant.

    Répondre
  2. un sportif est un être humain qui a ses opinions. Sa tribune d’expression sera le podium, le stade ou encore l’arèna, au même titre que la peinture pour le peintre, l’écriture pour l’écrivain, les caméras pour les cinéaste ou acteurs…

    Répondre

Laisser un commentaire