Courir en couple, est-ce possible ?

Lecture de 500 mots (3min)

Les activités sportives en amoureux, quand on regarde ça de loin, on dit WOW! Ça l’air beau, parfait et facile. En cette journée de l’amour, je me suis penchée sur la question. Mise à part le petit couple parfait qui est au même pace et habillé pareil, est ce que c’est vraiment possible et … surtout… agréable de courir avec son conjoint?

Bien sur que c’est possible mais par contre, cela peut vite devenir une histoire d’horreur. Il n’y a pas que du positif à courir avec son chéri. C’est du cas par cas. Avant de courir en couple, chacun doit parler de ses objectifs personnels avec l’autre et envisager une séance qui ne frustre aucun des deux partenaires. Pour ma part, j’avais beaucoup de misère (presque incapable) à courir avec mon conjoint, sauf sur un tapis roulant. Quand nous sortions pour un jogging, nous revenions soit frustrés ou en train de s’engueuler, ce qui ne faisait pas vraiment de belles fins de journées. On a bien beau de dire «viens bébé, on va courir» mais si j’avais pris en considération quelques facteurs, peut être que j’aurais évité quelques petites chicanes 😉 Courir en duo nécessite de s’adapter au niveau de chacun. Éliminez la rivalité et laissez votre orgueil à la maison. Le but n’est pas d’écraser l’autre et encore moins de se sentir un poids pour l’autre. Mais pour qu’une séance de jogging ne finisse pas en scène de ménage époustouflante, vaut mieux adopter de bons comportements.

Le respect de l’autre, c’est la clé. Avoir une bonne attitude et être à l’écoute aide également à faire de cette sortie une belle activité avec la personne que l’on aime. Se motiver à deux c’est plus facile. On s’encourage, on se fixe des objectifs. Oui, il va en avoir un de plus fort que l’autre. Et après, ça change quoi? Si de vous ajuster à l’autre (ou vive versa) ne vous dérange tout simplement pas, allez y! Par contre si vous êtes de ceux qui ne jure que par leurs stats ou bien qui chiale sans cesse car l’autre est derrière et bien continuez vos entrainements en solo. Le bonheur en couple ne dépend pas de Strava.

Quel est l’objectif de cette sortie?
Est-ce que je sors courir pour faire mon entrainement par intervalles ou pour me vider la tête?
Est-ce que je sors courir pour prendre l’air, jaser, passer du temps avec mon amoureux?
En répondant à ces questions vous savez exactement si vous devez sortir seule, ou accompagné.

Au final, courir en couple, c’est partager un moment de plaisir, se dépasser, rigoler, se soutenir et se donner une énergie incroyable. Si vous avez un niveau plus élevé que votre partenaire, il faut l’amener à repousser ses limites. Avec une bonne communication, tout est possible. Personnellement, je crois que chacun doit y mettre du siens. Et même si ce n’est pas de la course à pied, l’important c’est de passer du temps de qualité avec l’autre.

❤️Bonne St-Valentin! 

4 réflexions au sujet de “Courir en couple, est-ce possible ?”

  1. Faut évidemment courir au rythme et distance du plus faible.
    Les niveaux et objectifs peuvent être très éloignés (débutant et ultra). Un bon truc est que le plus fort continue quand la ‘sortie du moins fort’ est terminée.
    Bon sujet! Notez que on peut aussi courir à 3, avec bébé! C’est fantastique!

    Répondre
  2. Le mot clé est vraiment le respect de l’autre et vice-versa. Pour ma part, je suis un passionné de l’activité physique (vélo et course en sentier) et j’ai couru 3 ultra en 2018 en plus de participer au Défi Pierre Lavoie, ce qui ne m’a pas empêché de m’entrainer occasionnellement avec ma conjointe, à son rythme évidemment. En sentier, nous alternons la course et la marche selon le % de dénivelé et le niveau de fatigue de ma conjointe. Cela ne m’empêche pas de faire des intervalles courts à l’occasion en revenant sur mes pas pour une récupération, et repartir de nouveau pour faire un certain nombre de répétition. En tout temps, je ne suis jamais très loin de ma conjointe et elle continue à son rythme. Une fois mes intervalles complétées, je termine tranquillement avec ma conjointe à un rythme confortable pour elle, ce qui peut même se terminer par une simple marche jusqu’à la maison.
    En vélo, je m’ajuste à son rythme et suis toujours à l’avant pour couper le vent et ainsi faciliter sa randonnée. Là aussi, occasionnellement je part en intervalles en lui disant de continuer à son rythme sans plus et je reviens sur mes pas tranquillement pour reprendre ma place à l’avant. Les montées sont aussi une belle occasion pour moi de m’éclater et pousser la machine tout en laissant ma conjointe monter à son rythme (elle aime être dans sa bulle quand ça devient plus difficile en montée). Ce qui est important c’est que ma conjointe y trouve autant de plaisir que moi et ne se sente aucunement en concurrence avec moi. Nous sommes ensemble depuis 35 ans et avons encore beaucoup de plaisir à faire des activités ensemble ou avec des amis. Il nous arrive même de faire des randonnées avec notre fille et notre gendre, et c’est toujours très agréable. Ce qu’il faut retenir c’est que tout est une question d’équilibre dans la vie. Il ne faut jamais arrêter de bouger, que ce soit de la course, du vélo, de la natation, du yoga, etc. Et ce qui assure la continuité d’un couple à mon avis c’est de trouver des passions communes et de les pratiquer ensemble en priorité sans esprit de compétition et dans le plus grand respect.
    Je souhaite donc à tous de très belles et agréables sorties en couple. 🙂

    Répondre
  3. Pour répondre aux questions, nous sortons en couple POUR nous entraîner ET pour se changer les idées ET pour être en couple! Comme Gaétan le mentionne dans son excellent texte, nous ajustons notre rythme et faisons 90% de nos sorties ensemble. Pour les intervalles très courts à la course, nous faisons les éducatifs ensemble et nous utilisons des marques qui permettent des allées-retours pour se retrouver à chaque départ. Pour les intervalles longs et le continue, mon mari revient sur ses pas à chaque kilomètre et cela contribue à atteindre son kilométrage plus long que le mien! Cela ajoute un objectif supplémentaire et stimulant pour chacun… En vélo, même technique du conjoint en avant pour couper le vent. Et on trouve des trucs pour les autres sports aussi ex. au tennis, nous sommes de niveau similaire et on fait quand même le réchauffement, les échanges et le jeu en décidant conjointement de l’intensité qu’on veut y mettre selon la journée ET on ne compte pas les points quand on joue. Au final, nous sommes deux plutôt qu’un à pouvoir motiver l’autre à démarrer une activité!!!

    Répondre

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.