L’été, c’est TROIS fois par semaine!

(Une histoire inspirée de Rigodon, de mots d’Église et d’une recette de Ricardo … #3foisparsemaine)

L’été c’est fait pour jouer, chantaient Cannelle, Pruneau et Rigodon! T’es pas obligé, mais tu peux te rappeler un sympathique souvenir en cliquant ici. #passepartout

L’été c’est la saison des vacances, du BBQ, de la piscine, du feu d’camp. C’est la période du camping, des enfants sages en congé, des camps d’jour. C’est la saison de la crème solaire, de fin d’année scolaire, des canicules et des popsicles. C’est aussi l’occasion pour préparer ta course d’automne!

Mais l’été … c’est trois fois par semaine (et tu te réserves samedi et dimanche de congé)!

LUNDI
Tu te demandes si tu dois aller courir tôt le matin, le midi ou plus tard en début de soirée? Tu choisis finalement de mettre l’alarme très tôt (5h30) pour profiter du temps frais matinal. Tu te lèves à l’heure où tout le monde dort dans la maison. Même le vent dort. T’sais le moment où tu fais plus qu’ATTENTION pour ne pas RÉVEILLER PERSONNE. C’est toujours à ce moment que tu accroches un verre dans l’armoire en prenant ta tasse préférée (non, tu ne pars jamais sans ton café, même avant une course à 6am). Le verre tombe (une chute au ralenti). Ton premier réflexe est de lever la jambe pour absorber le choc au sol. Résultat : tu le propulses en le bottant sur la porte du sous-sol et ça cogne une 2 fois, sur la porte et SUR LE PLANCHER. Toi qui voulais faire «PLUS» qu’attention, voilà que le chien se réveille, prêt pour son pipi, son caca, son déjeuner et son bol d’eau fraiche. La petite (Magalie, 5 ans) monte les escaliers en joggant avec le sourire: «Y’é quelle heure, maman?». Évidemment, t’as pas l’temps de déjeuner ni de boire plus que 2 gorgées de café. Ton chum se réveille et tente de poser une question en baillant : «Pourquoi t’as réveillé le chien»? (insérez ici un mot d’Église de votre choix) Et c’est là que tu éternues 4 fois de suite, juste avant de prendre ta Reactine. Tu te dis en attachant tes souliers …. «Mercredi, je vais courir sur mon heure de diner».

MERCREDI
Ton «kit» est préparé depuis la veille. Ce midi, tu prends 35 minutes pour courir, 10 minutes pour la douche (Yé!!! Il y a une douche au bureau!) et tu mangeras ton repas en travaillant. On est loin des tempêtes de neige de février ou des pluies froides d’octobre, mais c’est aussi inconfortable de subir le soleil qui rebondit sur l’asphalte pour ensuite se donner le mandat de te chauffer les pattes et tout l’corps. Il fait chaud. TROP. Ça brule. Tu cuis. Tu sues de partout, même des ongles et des coudes. Tu reviens au bureau, la face rouge comme les joues de Rigodon, pour constater que la douche est défectueuse pour la journée (insérez ici un mot d’Église de votre choix). Pas besoin d’expliquer pourquoi t’as trouvé l’après-midi long. Même en changeant de vêtements, t’as cette sueur de coureur d’été qui te rend moins sociable que d’habitude. Vendredi, tu vas courir en début de soirée.

VENDREDI
Rigodon avait raison : le soleil se couche tard en été! Tu décides de courir en début de soirée. Évidemment, tu évites la coupe de vin pendant le repas. Ton chum, lui, se la coule douce au BBQ avec sa bière de microbrasserie. Au menu : frites maison et côtes levées, avec cette recette irrésistible de Ricardo (je salive en écrivant ces mots). Tout est magnifique et ton chum fait les meilleures côtes levées du village #ricardo. Terrasse et soleil de 17h, les pieds dans la piscine, ipad à la main, tu cherches sur Airbnb un logement pour votre voyage à Boston. Alors que le souper est presque servi, ton amie Véro débarque à vélo avec un gatorade Merlot. Tu lui dis poliment que tu dois aller courir à 20h et que c’est une mauvaise idée de boire cette bouteille avec elle. Véro répond : «Tu ne peux pas refuser au moins une coupe de vin pour fêter ma promotion!!». (insérez ici un mot d’Église de votre choix) Vous imaginez la suite : Merlot / feux de camp / rires / café bailey’s / pas de jogging. Tu prends une grande gorgée pour faire descendre la sauce de Ricardo et «chin/chin» de Véro en te disant avec un soupçon de remord : «J’irai courir demain matin».

Malgré toutes ces anecdotes amalgamées aux mots d’église, tu adores l’été et tes 3 sorties de course par semaine. Tu aimes bien le mélange de crème solaire et de sueur. Tu adores tes nouvelles lunettes de soleil. C’est la saison préparatoire à ta course d’automne et celle qui te permet de porter tes vêtements sport préférés. Comme au printemps, l’endorphine court dans ton ombre et c’est un étrange mélange d’émotions qui te ramène à Boston la maison.

N’oublie jamais les sages mots de Cannelle, Pruneau et Rigodon : «L’été c’est fait pour jouer!»

Bon été, coureuses et coureurs!

6 réflexions au sujet de “L’été, c’est TROIS fois par semaine!”

  1. Drôle et réaliste, surtout avec des enfants. Maintenant les miens sont grand 14 et 20 ans. Ca donne un peu plus de liberté pour les sorties de courses, à partir du moment ou ils ne peuvent plus entrer dans la poussette de course😀.

    Ce que j’aime dans ce texte , les coureurs et coureuses peuvent s’identifier à la vie de coureurs, coureuses, pour la plaisir et la santé!

    Répondre
  2. Merci pour ses mots qui font rire, très bien décrit la vie du quotidien. Je suis mamy et tout mon temps pour me garder en forme pour mes petits enfants. Je fais mon jog 4 fois semaines avec parfois l’oublie que c’est pour le plaisir aussi!

    Répondre

Laisser un commentaire