Qui est la Coureuse ordinaire?

Lecture de 649 mots
Quand on travaille dans le domaine de la course, il nous arrive de rencontrer et de découvrir des personnes qui font une différence extraordinaire. C’est le cas notamment de Marie-Pier Allard, alias La Coureuse ordinaire, qui a accepté de répondre à quelques questions.

Peux-tu nous parler un peu de toi ?

J’ai la prétention de dire que je me suis donnée la chance de recommencer ma vie à zéro à l’âge de 33 ans ; je me suis complètement réinventée. J’ai pris la Marie-Pier que j’ai construite pendant toutes ces années et lui ai demandé « Et si cette femme obèse et malheureuse n’était pas réellement celle que tu étais ? ». J’ai donc commencé une profonde réflexion sur mon lien avec la bouffe, sur cette maladie de l’âme que j’ai depuis toujours qui me fait vautrer dans les excès alimentaires. Je l’ai analysée, comprise, testée et modifiée. J’ai ensuite entamé un processus de remise en forme. La perte de poids fut graduelle et stable pendant 8 mois. Je découvrais une nouvelle facette de moi, remplie d’assurance et de détermination. C’est à ce moment que la course à pied est entrée dans ma vie pour doucement se faire une place, devenir une passion et être maintenant mon principal gagne-pain.
 
Tu te définis comme coureuse ordinaire, qu’est-ce que cela représente pour toi?
 
Toute la mentalité de Coureuse ordinaire repose sur une seule chose ; se dépasser soi-même. La course à pied est un monde où la performance est toujours mise à l’avant. Les nouveaux records, les coureurs de 12 marathons par année, les courses extrêmes… On ne parle jamais de ces coureurs qui se dépassent eux-mêmes chaque jour parce qu’ils sont de simples coureurs ordinaires. C’est ce que je trouve extraordinaire moi ! J’ai lancé l’entreprise Coureuse ordinaire avec cette volonté de représenter tous ces coureurs qui ne sont jamais sur le podium, mais qui sont chaque jour un peu plus heureux de courir pour eux-mêmes. Parce que, courir, c’est courir.
 
 
Tu as suivi la formation niveau 1 avec Natacha Gagné, qu’y as-tu appris ?
 
J’y ai appris mon métier ! Mon entreprise prenait de l’ampleur sur les réseaux sociaux. La boutique de vêtements de course fonctionnait bien. Je devenais un symbole de réussite en course à pied. Une source de motivation pour les femmes qui comme moi voulaient devenir une coureuse ordinaire. Mais, comment les aider ? Devenir coach de course à pied est la dernière chose que je pensais faire dans ma vie. Dans ma vie d’avant. Mais, aujourd’hui, ce nouveau pan a tellement de sens et me donne un sentiment d’accomplissement comme je ne pouvais l’espérer. La formation que j’ai suivie avec Natacha m’a donné des outils, des connaissances et de nouveaux acquis. Elle a surtout solidifiée ma confiance en mes capacités à aider les autres à courir pour eux et surtout dans le bonheur.
 
Quel est ton rêve ultime en lien avec la course à pied ?
 
Je rêve d’être une coureuse de longévité. De courir à mon rythme, en me dépassant quotidiennement le plus longtemps possible. De transporter mes souliers de course dans mes valises et de courir sur des routes et des sentiers de pays merveilleux à découvrir, une foulée à la fois. Je rêve de courir avec mes filles et de leur transmettre cette passion que j’ai pour le bonheur quotidien de la course.
 

Tu as lancé ta ligne de vêtements, peux-tu nous en parler un petit peu?

 
La boutique en ligne de Coureuse ordinaire était pour moi une manière de faire voyager la mentalité de l’entreprise. J’ai donc lancé une collection de camisoles et chandails de qualité sur lesquels on peut lire mes slogans en français qui encouragent la course, le dépassement de soi et le bonheur de courir simplement.
 
Vous pouvez suivre Marie-Pier Alias Coureuse ordinaire sur Instagram et sur Facebook . Pour plus d’informations sur ses propositions en entraînement à la course à pied et sur la boutique en ligne, rendez-vous au www.coureuseordinaire.com

Laisser un commentaire