Quand doit-on changer ses chaussures de course?

Au début de ma carrière, j’ai passé quelques années à travailler dans une boutique de vêtements et de chaussures de sports (Fradette Sport, pour ne pas les nommer) et une question qui revenait très souvent était la suivante : «après combien de kilomètres devrais-je changer mes chaussures de course?».

La réponse facile et souvent donnée est de changer ses chaussures à tous les 600 km à 1000 km.

C’est une réponse facile qui convient à la plupart des scénarios. En effet, c’est assez rare qu’une chaussure est très usée après seulement 600 km. On prend donc peu de risques en changeant ses chaussures aussi régulièrement.

Quels facteurs influencent la vitesse à laquelle vous usez vos chaussures?

Votre biomécanique

En fonction de comment vous courez, vous pourriez user plus rapidement un côté ou l’autre de votre chaussure.

Par exemple, ceux et celles qui font de l’hyper-pronation mettent plus de poids sur le côté interne de la chaussure que sur le côté externe. Généralement, ce côté de la chaussure s’usera donc plus rapidement. La semelle externe (qui est directement en contact avec le sol) deviendra plus mince et la semelle intercalaire (la mousse entre votre pied et la semelle externe) aura tendance à s’affaisser.

Cela peut devenir problématique lorsque cet affaissement est assez prononcé pour entraîner votre pied encore plus loin dans sa pronation modifiant ainsi votre biomécanique naturelle. Si votre chaussure devient affaissée comme sur la 2e photo ci-dessous, c’est probablement le temps de changer.

Notez que cet affaissement / usure inégal peut se produire à plusieurs endroits sur la chaussure :

  • Au talon;
  • Sous le gros orteil;
  • Sur le côté externe du pied;

Comment vérifier si l’usure de votre chaussure est inégale? Placez la sur une surface plane et regardez l’angle entre la chaussure et la surface. Si la chaussure est ”penchée”, il est probablement temps de changer.

La hauteur et la dureté de votre chaussure

Plus votre chaussure est épaisse et molle, plus elle aura tendance à s’affaisser rapidement. À l’inverse, une chaussure très mince, comme sur la photo ci-bas, peut durer très longtemps car l’absence de mousse empêche le soulier de s’affaisser plus spécifiquement d’un côté.

Une chaussure avec très peu d’amorti aura moins tendance à s’affaisser.

Votre poids

Si vous usez vos chaussures de façon inégale, un poids plus élevé entraînera l’affaissement de la chaussure plus rapidement.

La solidité de l’empeigne

Le tissu qui retient votre pied sur la semelle s’appelle l’empeigne. Plus le tissu est solide, plus votre chaussure aura tendance à durer plus longtemps. Lorsque l’empeigne est très molle ou déchirée, cela peut être un signe qu’il est temps de changer de chaussures.

La solidité de la semelle externe

Règle générale, plus la semelle externe d’un soulier est dure, plus elle aura tendance à durer longtemps. C’est un peu comme pour les pneus; si vous utilisez une gomme molle, elle a plus d’adhérence au sol mais elle s’use plus rapidement.

La surface sur laquelle vous courez

Lorsque vous courez sur une surface dure, votre chaussure glisse un peu sur celle-ci à chaque pas et ce, sans que vous en ayez nécessairement connaissance. Cela augmente la vitesse d’usure.

En sentiers ou sur de la poussière de pierres, la surface est plus malléable et une partie du glissement se produit entre les grains de poussières entraînant ainsi une réduction de la friction entre la chaussure et le sol. C’est aussi pourquoi on court légèrement plus vite sur une surface dure!

Qu’en est-il des chaussures cramponnées pour les sentiers?

Le raisonnement est sensiblement le même mais on doit également évaluer l’état de nos crampons. En effet, si ceux-ci sont pratiquement inexistants, il est fort à parier qu’ils ne vous garantirons plus une adhérence optimale dans la boue et sur les racines.

Si vous avez aimé cet article, on vous invite à consulter notre guide qui vous donnera 10 conseils pour bien choisir vos chaussures de course.

Laisser un commentaire