Apprendre à perdre

J’aime faire des analogies avec le sport pour motiver l’être humain face à une épreuve.

Que ce soit comme entraineur ou joueur, comme conjoint ou voisin, comme employé ou papa, ma vie est une longue aventure meublée de moments de fierté et d’émotions. Ma vie est aussi assaisonnée d’obstacles et de défaites. Entre la confiance et une blessure, il y a plusieurs réflexions et plusieurs facteurs qui transforment un être humain. Mais comment apprendre à gérer une blessure, un obstacle, une défaite ?

Débutons ce texte par une citation de Wayne Gretzky : «You miss 100% of the shots you don’t take».

Je répète à chaque année aux jeunes hockeyeurs que j’entraine, en lien avec cette citation, qu’il y a quatre façons de conclure un jeu au hockey :

A – La réussite :
Tu prends un lancer précis avec un bon angle. Tu marques un but.
Il y a des efforts de concentration et physique, et un résultat positif.
B – La réussite avec chance :
Tu prends un lancer avec un mauvais angle et imprécis. La rondelle dévie sur un joueur ou un bâton. Tu marques un but.
Il y un manque de concentration et peut-être un manque d’effort physique, mais le résultat est positif (chance).
C – L’échec :
Tu prends un lancer au mauvais moment, avec un mauvais angle et imprécis. Tu ne marques pas de but.
On constate plusieurs choses à corriger et améliorer.
D – L’absence :
Tu n’es pas là pour prendre un lancer car tu n’as pas la rondelle. Tu ne marques pas de but.

Définition d’un échec : Ne pas atteindre un objectif à un moment déterminé, malgré un certain niveau d’effort.
Dans la course à pied, comme pour un sport d’équipe ou dans ta vie en général, il y a une multitude de facteurs expliquant un échec. Voici quelques trucs pour gérer un échec :

1 – La liste des (+)

Fais-toi une liste des choses positives en lien avec ton épreuve et ce qui t’y a mené (programme d’entrainement).
Analyse cette liste en remerciant les gens impliqués au besoin (entraineur, conjoint, mentor).

2 – La rencontre avec le mentor

Choisis 1 à 3 personnes pour qui tu as beaucoup de respect et de l’admiration. Propose une rencontre avec chacun d’eux. C’est toi qui paye le diner ou le café. Parle de ton épreuve. Raconte et explique ta technique et tes efforts qui t’ont mené à un échec. Tu constateras probablement qu’eux aussi ont déjà connu la défaite, à cause de plusieurs facteurs. Tu recevras aussi plusieurs conseils de ce mentor. Le mentorat te permet de prendre ce fameux recul nécessaire pour voir en perspective une aventure qui doit faire grandir abandonner.

3 – Le deuil

Fais le deuil. Sors les émotions de la manière de ton choix. Tu peux pleurer, prendre du vin. Tu peux prendre une pause. Tu peux partir en voyage. Tu dois d’abord attacher le mot «résilience» à la conclusion de ton épreuve et tes émotions. Tu dois accepter les conséquences. T’es tombé ? Relève toi même si tu pleures en restant assis quelques minutes. La résilience peut transformer la défaite à court terme en victoire à long terme. La résilience te rendra MEILLEUR. Cette étape nécessite la prise d’un papier et d’un crayon pour faire une liste des (-).

4 – Analyse de l’objectif

Avais-tu un objectif réaliste? La question doit être posée un matin ensoleillé avec un bon café bailey’s. Au besoin, tu peux modifies ta stratégie pour atteindre un futur objectif plus près de tes attentes.

5 – La préparation du prochain défi

La dernière étape du «post-échec» doit être la préparation de ton prochain objectif. Avec ta liste des (+) et des (-) et tes notes prises lors de tes rencontres avec tes mentors, tu prépares le plan suivant, ton programme, qui te mènera à un nouvel objectif. Tu dois respecter un délai de récupération physique et mentale.

Conseils BONUS : Papa et ou maman sont toujours là? Va souper avec eux et parle de tout et de rien avec ton cellulaire. Nos parents font de la magie avec nos moments de déception et tristesse. Ils les transforment en poussière d’étoiles. Retrouve aussi quelques passions et passe-temps oubliés depuis quelques années. Ça fait juste du bien.

N’oublie jamais ce que sous-entend Wayne Gretzky. Tu dois être prêt pour un échec quand vient un défi, même gonflé de confiance. Y’a que ceux qui restent assis qui ne connaissent pas l’échec.

SOMETIMES YOU WIN, SOMETIMES YOU LEARN

Bon défi!

4 réflexions au sujet de “Apprendre à perdre”

  1. Merci pour ce texte. Je suis maman d’un joueur de football blessé au pied et dans son orgueil. Cela fait du bien de lire que ce qui nous arrive est normal.

    Répondre

Laisser un commentaire