5 étapes pour devenir «coureuse»

Ce texte, malgré son titre, s’applique autant aux hommes qu’aux femmes, mais se veut volontairement un hommage à celles-ci qui constituent 61,4% des participants aux 4 Défi Entreprises de 2017 ,en province. (english follows)

Fierté mesdames! Les boys…? Pourquoi pas vous…?

Voici les 5 étapes pour devenir une «vraie» coureuse:

1 – La réflexion

C’est LA première étape. La réflexion qu’on a sous la douche, en regardant la télé, lors d’un souper de famille, sur la route qui te mène au travail, au dépanneur, juste avant le dodo, dans le vestiaire à la piscine, dans les estrades d’un aréna, au salon funéraire. La réflexion attachée à la question : «Pourquoi pas moi ?» Tu y réfléchis quelques secondes lors d’un souper alors que ton frère raconte son dernier marathon avec émotions. T’es jalouse fière de lui. «Pourquoi pas moi ?» Tu y réfléchis encore à l’épicerie, alors que tu croises Nancy qui t’invite au party des 40 ans de Manon. Tu cherches ton souffle en haut des 14 marches au bureau, entre 2 gorgées de café. «Pourquoi pas moi ?» Tu y réfléchis en faisant l’souper, coupe de vin à la main. Tu penses encore que ça te ferait du bien de te retrouver … avec les enfants juste seule … dehors … «Pourquoi pas moi?» Tu ne le sais pas encore, mais ça te sert déjà de motivation.

2 – La démarche

C’est la deuxième étape, menant à la première «fois» ! Tu google(s) sur le jogging, sur la course à pied. Tu en parles au souper avec les enfants, juste parce que t’es fière. T’as déjà texté ton chum pour lui annoncer. Sa réponse ? Des points de suspensions se terminant par un point d’interrogation:  …? (voir image) Tu ne le sais pas encore, mais ça te sert déjà de motivation.

Tu en discutes avec des collègues, des amis. Ils t’encouragent, ils te conseillent et certains te disent «t’es chanceuse d’avoir du temps pour ça» ! Tu ne le sais pas encore, mais ça te sert déjà de motivation. Tu raccommodes les idées et les conseils et tu débutes le magasinage. Tu imprimes, en couleurs, un programme «débutant» de la clinique du coureur. T’es comme un enfant le 25 décembre avec sa carte de crédit devant le sapin de noël. Tu déballes ta nouvelle vie!

3 – Le premier pas

C’est la troisième étape. LA première fois ! Tout est prêt depuis la veille, au pied du lit, bien placé et plié. T’as même préparé 2 playlists. T’as chargé les piles du cell et de ta montre, neuve et belle. Elle sent l’neuf, comme le dirait mononcle Raymond. Elle est bleue (ou turquoise), comme l’eau de l’océan qui t’attend pour les prochaines vacances. Tu y penses en te disant que tu seras fière d’enfiler ton bikini dans 7 mois. Tu souris en coin devant tes nouveaux souliers (sans talons). T’es pas parti encore et tu te vois déjà avec 10 livres en moins. Tu ne le sais pas encore, mais ça te sert déjà de motivation. Tu as laissé une note sur la table, expliquant ton parcours pour ton conjoint avec un petit « Tu viens avec moi demain …? » au bas du tracé, n’oubliant pas les points de suspensions et le point d’interrogation !

4 – La sixième semaine

Après quelques sorties et kilomètres, tu ressens d’abord une satisfaction au niveau mental. Tu te sens bien. Tu ressens de la fierté, un sentiment d’accomplissement, de bien-être. Tu débutes la sécrétion d’endorphines et une petite dépendance à tout ça. Tu ne le sais pas encore, mais ça te sert déjà de motivation. Tes enfants te cherchent …? «Maman est surement parti courir». C’est la phase de transition qui mélange le plaisir aux bénéfices. 

5 – La vaporisation d’endorphines

Tu cours toutes les semaines. Tu adores ça. Tu cours même quand t’as pas l’temps. Tu cours même quand t’es enrhumée. Tu cours le matin, le midi ou le soir. Tu parles de jogging, d’équipements, et de tes derniers parcours. Tu cours pendant que ton chum fait l’souper. Tu cours quand les enfants sont couchés. Tu cours le samedi matin, après ton café, avec le chien, ou pendant que le plus jeune est au hockey #hockeymom. Tu passes des heures en pyjama espadrilles et t’en a besoin dans ta vie. Ce sont tes nouveaux meilleurs amis. Tu dors plus mieux et tu manges mieux. Ton sourire, ta bonne humeur et tes collations «santé» font des jaloux. T’as oublié depuis 1 mois de prendre ton poids. C’était pourtant une obsession hebdomadaire! Tu n’en sais rien mais t’as perdu 11 livres. Tu deviens une inspiration, une vaporisatrice d’endorphines. Les gens te regardent en cachette, en tassant leurs rideaux avec l’index de la main gauche… et … Tu ne le sais pas encore, mais ça sert déjà de motivation … pour le  voisin qui se dit, en te regardant courir dans ta rue : «Pourquoi pas moi …?»

Happiness is only real when shared – into the wild


ENGLISH VERSION

5 Steps to Becoming a Runner

These 5 steps are for all runners- both men and women, but we’ve noticed that in 2017, 61.4% of Défi Entreprises participants were women so this article is a tribute to women thinking about running.

Ladies, be proud of yourselves!

And men…? Why not you…?

1- Thinking about it

Thinking about it is the first stage. Thinking while you’re in the shower, watching TV, eating dinner with your family, driving to work, shopping, just before going to bed, in the pool change room or while watching a game. Asking yourself “why not me?” You’re thinking about it at dinner while your brother is excitedly talking about the last marathon he ran. You’re proud of him. “Why not me?” You’re thinking about it again while at the grocery store when all of a sudden you bump into Nancy who invites you to Manon’s 40th birthday party. You’re catching your breath after climbing 14 steps at work, between 2 sips of coffee. “Why not me?” You’re thinking about it while making dinner, a glass of wine in your hand. You’re thinking once again how nice it would be to be on your own for a while… outside… “why not me?” You don’t know it yet, but it already motivates you.

2- Starting

This is the second stage that leads to the first try! You google jogging and running. You talk about it with your kids at dinner, just because you’re proud. You already texted your partner about it. Their answer? Dot dot dot followed by a question mark…? You don’t know it yet, but it already motivates you.

You talk about it with your colleagues and friends. They encourage you, offer you advice and some tell you “you’re lucky that you have the time for that!” You don’t know it yet, but it already motivates you. You’re piecing together ideas and advice and you soon go shopping. You print out a colour copy of The Running Clinic’s beginner’s program https://az675379.vo.msecnd.net/media/1092727/first5km.pdf. You feel like a kid again on Christmas Day in front of the christmas tree with your credit card. You’re starting your new life!

3- The First Step

This is the third stage. THE first step! Everything has been ready since the night before, at the foot of the bed, properly folded. You even prepared 2 playlists. You charged your phone and your watch, new and shiny. It smells new, as your Uncle Raymond would say. It’s blue (or turquoise) like the ocean that awaits you for your next vacation. You think about it while imagining how proud you’ll be to put on your bikini in 7 months. You smile as you look at your new running shoes. You haven’t started yet but you already see yourself 10 pounds lighter. You don’t know it yet, but it already motivates you. You left a note for your partner on the table saying you’ve gone for a run and at the end you’ve added “are you going to come with me tomorrow…?” without forgetting the dot dot dot and the question mark!

4- The Sixth Week

Several weeks and kilometres later you feel great, both mentally and physically. You feel proud, a sense of accomplishment and well-being. You really feel the endorphins and are a bit dependent on it. You don’t know it yet, but it already motivates you. Your kids are looking for you…? “Mom’s probably running.” It’s the transitional phase where the enjoyment and benefits blend together.  

5- Vaporizing Endorphins

You run every week. You love it. You run even when you don’t have the time. You run even when you have a cold. You run in the morning, afternoon or evening. You talk about jogging, gear and your latest route. You run while your partner is eating dinner. You run while your kids are sleeping. You run Saturday mornings, after your coffee break, with the dog or while your youngest is at hockey practice #hockeymom. You spend hours in espadrilles because they have become a necessity in your life. They are your new best friends. You sleep better and eat better. Everyone is jealous of your smile, your good mood and your healthy snacks. It’s been a month since you remembered to check your weight. Before it was a weekly obsession! You don’t know it but you’ve lost 11 pounds. You become an inspiration, you vaporize endorphins. People look at you without you knowing, pulling away the curtain with their left hand … and … You don’t know it yet, but it already motivates you… because your neighbour who sees you running in the street asks themselves “why not me…?”

Happiness is only real when shared – into the wild

22 réflexions au sujet de “5 étapes pour devenir «coureuse»”

  1. Un super beau texte en ce vendredi avant la relâche… J’ai souri tout le long car je me reconnais, moi qui me lève à 4h40 trois fois par semaine pour courir mon petit 5 km… J’ai hâte en juin pour les courses en famille!!! 😀

    Répondre
  2. Encore une fois un excellent texte! J’adore la simplicité dans tes phrases qui laisse la place à l’émotion, qui permet de se l’approprier.

    Répondre
  3. J’adore ce texte, il m’a fait sourire en me disant : c’est tellement moi. J’ai commencé il y a trois ans (tranquillement pas vite) et maintenant je cours en moyenne 3 à 4 fois par semaine. L’an dernier pour mes 50 ans, j’ai couru mon premier demi marathon en compagnie de ma fille, j’vous dit pas la fierté! J’ai même pu constater que c’est contagieux, j’ai des collègues qui ont attrapé la piqure, voir même jusqu’à s’entrainer pour un triathlon.

    On se voit en juin.

    Répondre
  4. Wow! C’est avec une larme au coin de l’œil que j’ai terminé la lecture de ce merveilleux texte!!!! Ça me rejoint tellement! Je me suis reconnue dans le fait que la motivation est débutée bien avant qu’on s’en soit rendue compte et reste présente dans pleins de petites choses. Et chaque fois que je cours par temps froid ou par intempéries, je me dis souvent: «j’espère motiver quelqu’un à courir!». Merci xxx

    Répondre
  5. Merci pour le texte Hugo. Je l’ai lu jusqu’à la fin et… ça m’a donné le goût de recommencer la course! J’ai même imprimé en couleur le programme du premier 5km! 🙂

    Répondre
    • Ça fait plaisir à lire, Nathalie!
      N’hésitez pas à nous écrire si vous avez besoin de conseils.

      Il y a plus de 500 textes répertoriés en catégories sur le blogue, avec beaucoup de conseils techniques.

      Répondre
  6. Beau texte!
    C’est tellement ça !
    J’entame ma 5 ième année de course. Été comme hiver. Je cours 3 x semaine! Je suis rendue “accro” . C’est tellement libérateur et quel bien-être ça peut nous apporter!!!
    La motivation , c’est pas ça qui manque, beau temps , mauvais temps, je chausse mes espadrilles et me voilà partie!!
    Merci beaucoup! 😀🏃🏼

    Répondre

Laisser un commentaire