Boire ou ne pas boire ? Là est la question!

Lecture de 836 mots (5min)
Boire ou ne pas boire ? Là est la question!

Qu’ont en commun une belle brune, une petite frette, un rouge à la robe rubis, un café baileys et des shooters?

Outre leur contenu en alcool et leur goût délicieux, ils ont en commun quelque chose d’étonnant! Qu’on veuille se l’avouer ou non, il existe une forte association entre « prendre un verre » et la sensation de Bien-être. Il s’agit pour plusieurs d’une habitude réconfortante qui a pris racine, il y a fort longtemps, au cœur de nos souvenirs de famille.

L’alcool entre un peu insidieusement dans nos vies lors d’événements heureux et marquants : les anniversaires, les soupers en famille, les sorties, les moments cocooning à la maison, etc…

Comme si d’entrée de jeu, l’alcool marquait un temps d’arrêt entre notre vie tourbillonnante de responsabilités et le moment où il est enfin possible de prendre du repos.

N’avez-vous pas déjà frémi à la musique du bouchon de vin qui « pop » ou au savoureux « pishhht » d’une bière froide débouchée suite à quelques kilomètres courus sous un soleil de plomb?

Mais qu’en est-il de notre réel rapport à l’alcool? Plaisir ou habitude?

Tentons ici une hypothèse :

Fait scientifique établi, il faut une grande quantité de répétitions pour acquérir une nouvelle habitude alimentaire. C’est une des raisons qui nous amène à encourager les parents à proposer 5, 10, 15 voir même 20 fois à leurs enfants des aliments nouveaux…nous sommes des êtres d’habitudes et d’adaptation. Même genre de processus à l’inverse. Si nous désirons perdre une habitude qui nuit à notre santé et/ou à nos performances, il n’y a pas de formule magique. C’est comme pour la perte de poids. S’il vous a pris 5 ans pour prendre des kilos en trop, il serait irréaliste de croire qu’il ne vous faille autant de temps pour les perdre!

Si vous avez l’habitude de boire à certains moments ou occasions précises, vous pourrez peut-être même observer une forme de conditionnement chez vous-même ou dans votre entourage. Avez-vous déjà salivé en entendant une bouteille se déboucher? Ou eu automatiquement en tête un accord mets-vin lorsqu’on vous propose de manger un bon repas? Ou bien encore avez-vous le réflexe d’aller boire un verre avec les amis pour décompresser plutôt que toute autre activité?

Je vous entends déjà me dire qu’il n’y a rien de mal à boire de l’alcool pour relaxer. C’est amusant, les langues se délient et deviennent créatives, les rencontres sont plus conviviales et les mets nous semblent plus délectables.

Le problème (car malheureusement il y en a un), c’est qu’il est également reconnu que l’alcool peut causer de la dépendance. Si nous ajoutons à ceci un contexte social favorisant et même parfois encourageant la consommation d’alcool, il est facilement envisageable que cette habitude s’incruste profondément en nous.

Je ne désire pas être moraliste ou fataliste. J’aime l’alcool et je ne m’en cache pas.

Et sachez que j’ai une excellente nouvelle! Les habitudes peuvent s’entraîner comme nos muscles. Il suffit d’y mettre un peu de rigueur et de discipline. La motivation viendra.

Voici 4 stratégies qui pourraient vous aider à vivre une expérience juste … différente!

  1. Tenter le 28 jours sans alcool!

Il s’agit d’une initiative portée par la Maison Jean Lapointe pour amasser des fonds pour lutter contre la toxicomanie chez les jeunes. 3 défis! 28 jours pour une médaille d’or, 16 jours pour une médaille d’argent (sobre du lundi au jeudi) et 12 jours pour une médaille de bronze (du vendredi au dimanche). Amasser des fonds en équipe et ouvrer le dialogue avec votre entourage. Je vous assure que vous aurez une perception différente de votre rapport à l’alcool après ce défi!

  1. Proposer une activité où il est possible de socialiser et de rire à l’intérieur d’un contexte sans alcool.

Aller prendre une marche en famille ou avec les amis, faire un jogging en endurance et placoter pour s’assurer de ne pas courir trop vite, s’inscrire à des défis de saines habitudes en groupe (comme le Défi Entreprises), organiser des repas où chacun pourrait faire découvrir aux autres un cocktail ou breuvage sans alcool, etc. Qui sait, une nouvelle habitude naîtra peut-être!

  1. Choisir des défis et des changements d’habitudes progressives en fonction d’un facteur intrinsèque.

Vous désirez boire un peu moins, perdre du poids, améliorer votre temps au chrono, faire du yoga sur une base régulière; il vous faudra une motivation, une raison, j’irai même jusqu’à dire un besoin de prendre une direction qui est différente. Faites-vous confiance dans vos choix! Soyez indulgent et à l’écoute dans vos chutes. Rechercher toujours le bien-être qui vient de l’intérieur en premier. Celui de l’extérieur est éphémère.

  1. S’entourer de gens positifs, motivants, encourageants et déterminés.

Nous avons tous en nous la force d’exécuter l’impossible. Il s’agit de confiance. Faire semblant au début. Finir par y croire.
Mars est de retour. Prenons un verre! Pour le plaisir ou par habitude?
—————–
Vous aimerez peut-être:

Un verre de vin rouge N’ÉQUIVAUT PAS à une heure d’activité physique (2015, Daniel Riou)

Laisser un commentaire