Abstinence sexuelle ou yoga : lequel améliore les performances sportives?

Je savais qu’avec un tel titre que je capterais votre attention! Les sportifs devraient-ils faire preuve d’abstinence sexuelle ou faire du yoga pour obtenir de meilleures performances athlétiques? Analysons ce que la littérature en dit!

L’abstinence sexuelle

Il existe encore certains sports où les entraîneurs imposent des règles strictes à ce sujet : une pratique qui remonte à la Grèce antique et qui vise surtout les hommes[1]! Allons savoir pourquoi… La première raison est que la privation de sexe provoque une augmentation de la testostérone chez l’homme et un plus grand désir de gagner. Toutefois, selon une étude, les résultats des paramètres cardiaques et relatifs à la performance ne démontrent aucune variation chez les sujets, qu’ils aient été actifs sexuellement ou non la veille d’une performance sportive[2].

L’autre raison évoquée est la dépense énergétique. Avoir un rapport sexuel avant une course pourrait affecter la performance à cause de l’effort. OK, bon… mais la dépense moyenne pour l’acte sexuel est d’environ 25 à 50 calories par 5 minutes, soit l’équivalent de monter 2 étages par l’escalier. Si vous courez des marathons, il y a peu de risques que cela vous affecte, n’est-ce pas?

Donc, l’abstinence est un peu drastique et vraiment mythique, surtout plusieurs semaines avant une compétition. Saviez-vous qu’aux Jeux olympiques de Rio, plus d’un demi-million de préservatifs ont été distribués dans le village des athlètes en 14 jours? C’est tout dire!

Deux seules exceptions. Si pour vous le sexe rime avec soirée bien arrosée et nuit courte, dans ce cas, l’abstinence serait bénéfique. Le sexe moins de 2 heures avant l’effort physique pourrait également compromettre la performance[3].

Le yoga

L’entraînement en renforcement musculaire est reconnu pour améliorer les performances des sportifs d’endurance[4]. Bonne nouvelle : le yoga renforce la musculature, principalement les muscles du tronc, et favorise l’équilibre. Des atouts importants pour optimiser sa foulée et sa posture. Le yoga permet également de :

  • Améliorer la circulation sanguine et la respiration;
  • Mieux gérer le stress et, par conséquent, de mieux performer[5];
  • Muscler le périnée (plancher pelvien) indispensable pour les femmes à la course;
  • Prendre confiance en soi et apprendre à mieux se connaître.

Conclusion

Manifestement, le yoga présente beaucoup plus de bénéfices que l’abstinence sexuelle pour améliorer les performances sportives.

D’ailleurs, le yoga est maintenant pratiqué par les sportifs de tous les niveaux pour améliorer leurs performances et bouger autrement. Par exemple, des athlètes tels que Alex Harvey (ski fond), Laurent Duvernay-Tardif (football) et des joueurs professionnels de hockey pratiquent le yoga.

Vous aimeriez vous y mettre et découvrir cette discipline? Dans mon livre, j’établis les bases d’une pratique saine, accessible et durable du yoga pour les sportifs. Oubliez l’abstinence et faites du yoga chaque jour!

Mon livre Yoga pour sportifs, atteignez vos objectifs en bougeant autrement est maintenant disponible partout au Québec en librairie.

Pour me joindre :

Mireillemasse.com
YouTube : Yoga pour sportifs Mireille Massé

[1] Front. Physiol., 21 June 2016 | https://doi.org/10.3389/fphys.2016.00246

[2] Boone, T., and Gilmore, S. (1995). Effects of sexual intercourse on maximal aerobic power, oxygen pulse, and double product in male sedentary subjects. J. Sports Med. Phys. Fit. 35, 214–217

[3] Boone, T., and Gilmore, S. (1995). Effects of sexual intercourse on maximal aerobic power, oxygen pulse, and double product in male sedentary subjects. J. Sports Med. Phys. Fit. 35, 214–217

[4] “Strength Training for Middle- and Long-Distance Performance: A Meta-Analysis ” by Berryman N et al. International Journal of Sports Physiology and Performance

[5] L. Buhlmayer, D. Birrer, P. Röthlin et al., « Effects of mindfulness practice on performance-relevant parameters and performance outcomes in sports: a meta-analytical review », Sports Med, (2017) 47:2309-2321.

 

1 réflexion au sujet de « Abstinence sexuelle ou yoga : lequel améliore les performances sportives? »

Laisser un commentaire